Des portraits de familles du monde entier racontent l’amour, l’absence et les trahisons

Publié le  

par Lise Lanot

23 photographes présentent leur vision de la famille selon des prismes hétéroclites.

De la peinture classique à la photographie, le portrait de famille est un vaste sujet de représentation. Qu’il s’agisse d’asseoir le pouvoir ou la richesse d’un nom au XVIIIe siècle ou d’immortaliser l’anniversaire d’une grand-mère entourée de ses petits-enfants 300 ans plus tard, les images familiales sont porteuses de souvenirs, de symboles et d’histoires, universelles et particulières.

Publicité

C’est de ce constat qu’est né le projet Family Affairs, une exposition devenue livre photo qui rassemble les approches de 23 photographes ayant travaillé, chacun·e à leur façon, sur le sujet. Les artistes viennent de différentes régions du monde, appartiennent à différentes générations et traitent le sujet à travers des prismes propres – absence, amour, manque, abstraction ou imaginaire.

Tous les portraits, même les plus classiques, charrient reliefs et élucubrations : que peut-il bien se tramer sous ces sourires lisses et ces brushings soignés ? Que se passe-t-il une fois passé le soleil des rires et des jeux ? Que sous-tend cette étreinte, tendre et aveuglante à la fois ?

Publicité

L’ouvrage n’est pas un condensé de récits privés et individuels ; il tente au contraire de raconter en images les liens imposés par le sang ou le livret de famille, ceux de la famille donnée et de la famille choisie.

Le livre Family Affairs est disponible aux éditions Kehrer Verlag. On y retrouve les travaux des photographes Nora Bibel, Nancy Borowick, Katharina Bosse, Elinor Carucci, John Clang, Daniel W. Coburn, Neil DaCosta, Siân Davey, Jamie Diamond, Hassan Fazili, Vincent Ferrané, Gustavo Germano, Eric Gyamfi, Lucia Herrero, Lebohang Kganye, Grégoire Korganow, Katharina Mayer, Dario Mitidieri, Lee-Ann Olwage, Trent Parke, Linn Schröder, Daniel Schumann et Akihito Yoshida.

A la une