AccueilArt contemporain

3 ventes d’art qui viennent en aide au peuple palestinien

Publié le

par Lise Lanot

© Samy La Crapule

Des artistes s’emparent des réseaux sociaux pour vendre leurs œuvres au profit du peuple palestinien.

Depuis le 10 mai 2021, 197 Palestinien·ne·s ont été tué·e·s, dont au moins 58 enfants, et plus de 1 200 blessé·e·s, rapporte l’AFP. D’après le ministère de la Santé à Gaza, plus de 40 000 personnes ont fui leur logement dans la bande de Gaza. Dimanche 16 mai, le secrétaire général de l’ONU António Guterres ouvrait la réunion du Conseil de sécurité en rappelant que "le carnage [continuait]" : "Ce cycle insensé d’effusion de sang, de terreur et de destruction doit cesser immédiatement."

Ce même jour, les membres de ce conseil ne parvenaient pas à adopter "une déclaration commune ni de[s] propositions permettant d’aboutir rapidement à une cessation des hostilités". Face à cette inertie politique internationale, nombre d’internautes partagent leur incompréhension, leur émotion et leur soutien sur les réseaux sociaux.

Parallèlement à des collectes de fonds, des artistes ont décidé d’apporter leur soutien aux civil·e·s subissant de nouvelles vagues de violence ce mois-ci en vendant certaines de leurs œuvres. D’un NFT à une soixantaine de peintures et dessins, en passant par des tirages photo à prix unique, voici trois ventes d’art qui viennent en aide à la population palestinienne.

Pray for You, le NFT de Samy La Crapule

À 22 ans, ce n’est pas la première fois que Samy La Crapule utilise son art pour la bonne cause. En février dernier déjà, il vendait son œuvre Black Winter au profit de La Source, une "association à vocation sociale et éducative par l’art". Face à la violence subie par le peuple palestinien, l’artiste numérique a mis aux enchères Pray for You, une œuvre au titre évocateur et à la forte symbolique personnelle.

"Pray for You". (© Samy La Crapule)

Réalisée en 2019, cette œuvre lui avait permis de se créer de la visibilité : "Si je devais résumer mon travail à une seule image, ce serait celle-ci. Simple, qui se suffit à elle-même. […] Je l’avais même utilisée en couverture de mon mémoire sur l’image de mode à l’ère numérique. C’était une de mes premières expérimentations qui m’a permis de faire mes preuves", nous rapporte l’artiste. 

Vendue sous forme de NFT, cette création est une "prolongation" logique de sa démarche. L'artiste affirme sa passion pour "la mode, la musique, l’art et la culture Internet" et considère le crypto-art comme une sorte d'"aboutissement de l’ultra-numérique". Pray for You revêt une lourde de signification pour Samy La Crapule, un choix évident pour coller à cette cause qui lui tient à cœur :

"Beaucoup d’argent est engrangé avec ces images qui transitent. Je ne me voyais pas juste en profiter en fermant les yeux sur ce qui se passe [ailleurs]. Je voulais aussi profiter de cet élan numérique pour montrer à d’autres artistes ce qu’il est possible de faire, dans une sorte d’effet boule de neige vertueux. La cause palestinienne me touche particulièrement, surtout [le sort des] civils. Ce que je veux, c’est vraiment les aider eux, les hôpitaux, leurs ressources fondamentales, à ma petite échelle."

Sur le shop de l’artiste, Pray for You est mise en vente pour une durée indéfinie. Une fois que l’œuvre sera vendue, l’argent récolté sera transféré sur un portefeuille numérique, immédiatement converti au cours de l’Ethereum et donné à "des associations palestiniennes locales qui viennent en aide aux civils".

Des tirages photos à 200 dollars

Avec réactivité, les artistes Farah Al Qasimi (dont on vous avait déjà parlé ici) et Alicia Mersy ont quant à elles créé Prints for Palestine, un site qui propose des tirages photo à 200 dollars pièce, reversés à Build Palestine et Medical Aid for Palestinians. En plus de proposer leurs propres images, les deux photographes ont invité leurs confrères·sœurs Meriem Bennani, Orian Barki, Amanny Ahmad et Nabil J. Harb à faire don de leurs travaux pour la cause palestinienne.

Mesurant 20 sur 25 centimètres, ces images sélectionnées par les artistes sont tirées professionnellement, avec le concours du labo photo new-yorkais Loupe Digital. La vente prendra fin le 19 mai 2021 à 18 heures, heure française.

PalArt, une plateforme dédiée aux enfants porteur·se·s de handicap

Les drames vécus par le peuple palestinien ne datent pas de ce mois de mai 2021 et nombre d’associations œuvrent sur le long terme et depuis des années pour venir en aide aux civil·e·s. C’est le cas de la plateforme PalArt – Art for Palestine, qui se consacre aux enfants porteur·se·s de handicap :

"La vie n’est facile pour personne en Palestine, et encore moins pour une famille avec un enfant porteur de handicap. Votre soutien permettra d’aider les enfants les plus vulnérables, indépendamment de leur foi, de leur ethnie ou de leur genre."

"Femmes de Bethléem". (© Rawan Anani via PalArt)

Sur le site, toute personne peut choisir de faire don d’une œuvre d’art et/ou d’enchérir sur une œuvre. Une soixantaine d’artistes a jusqu’ici participé au programme, qui prendra fin au mois d’octobre 2021, lors d’une soirée caritative organisée à Londres et en ligne.

À voir aussi sur arts :