AccueilArt contemporain

Les 482 000 œuvres d’art du Louvre désormais accessibles en ligne et gratuitement

Publié le

par Axel Savoye

© Daniele D’Andreti/Unsplash

Tout un trésor culturel à portée de clic !

En plus d’être le musée le plus célèbre et le plus instagramé, le Louvre serait-il en passe de devenir le musée le plus connecté au monde ? On ne pourra peut-être pas admirer sa pyramide en verre avant un moment, mais l’institution a tout de même annoncé avoir opéré une refonte de son site. Ainsi, il sera possible de se promener dans ses allées virtuellement.

Pour la première fois, le Louvre a mis en ligne ses 482 000 trésors, réunis dans une base de données accessible gratuitement, se félicite Jean-Luc Martinez, le directeur du musée qui a l’intime "conviction que ce développement numérique va encore accroître le désir [du public] de venir physiquement [pour] découvrir les œuvres dans leur matérialité".

"Aujourd’hui, le Louvre déconfine ses trésors, même les plus méconnus. Pour la première fois, chacun pourra, gratuitement, depuis son ordinateur ou son smartphone, accéder à l’ensemble des œuvres conservées par le Louvre, qu’elles soient exposées dans le Palais, prêtées, déposées ou en réserve."

Ces 482 000 œuvres représentent à peu près les trois quarts de la collection du musée. On y retrouve notamment celles du Louvre mais aussi du musée Delacroix, les sculptures du jardin des Tuileries et du Carrousel, sans compter les œuvres "MNR" (Musées nationaux récupération) récupérées après la chute du régime nazi et en attente de restitution à leurs propriétaires.

À défaut de pouvoir admirer ces œuvres en vrai, on peut désormais les observer depuis son salon. Le site met également à disposition une carte interactive emmenant les visiteur·se·s de salle en salle, à destination de celles et ceux qui veulent tenter l’expérience de manière plus immersive. La base de données, quant à elle, continuera d’être mise à jour à mesure que des changements s’opèrent dans les collections. De quoi nous mettre du baume au cœur en attendant qu’on nous rende nos musées.

À voir aussi sur arts :