AccueilArt contemporain

À Cuba, un artiste a été arrêté parce qu’il offrait des bonbons à des enfants

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Dorothea Oldani/Unsplash

La répression policière et gouvernementale cubaine a écourté la performance artistique de Luis Manuel Otero Alcantara.

L’artiste cubain Luis Manuel Otero Alcantara, du mouvement contestataire San Isidro, a été arrêté le 5 avril à La Havane, alors qu’il voulait simplement distribuer des bonbons à des enfants dans le cadre d’une performance artistique.

Formé en 2018, le mouvement San Isidro regroupe artistes, journalistes et universitaires qui s’opposent à la censure de l’expression artistique par le gouvernement cubain. Le groupe d’activistes s’est fait connaître en novembre 2020 lorsqu’une dizaine de ses membres s’était retranchée dans son siège, pendant dix jours, pour exiger la libération d’un rappeur.

Une performance artistique qui a mal tourné

Dans la matinée du lundi 5 avril, la police a bloqué les accès à la rue Damas, dans le quartier historique de La Havane, ont constaté des journalistes de l’AFP. Selon une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, le leader du mouvement, l’artiste performeur et peintre Luis Manuel Otero Alcantara, a été arrêté ainsi que trois autres personnes, alors qu’il tentait de franchir le cordon policier pour remettre des bonbons aux enfants.

Cette activité s’inscrivait dans le cadre d’une installation de ses peintures, représentant des emballages de confiseries auxquelles les enfants cubain·e·s n’ont selon lui pas accès en raison des pénuries dans le pays. Vendredi 2 avril, la télévision d’État avait dénoncé les motivations de cette activité comme une tentative de déstabilisation et une provocation, affirmant que le mouvement San Isidro était financé par l’Institut national démocrate aux États-Unis, groupe de réflexion dirigé par l’ex-secrétaire d’État Madeleine Albright.

L’activité avec les enfants était initialement prévue le dimanche 4 avril, jour du soixantième anniversaire de l’Union des pionniers de Cuba, organisation de jeunes et adolescent·e·s fondée par Fidel Castro. Dimanche, des dizaines de curieux·ses et habitant·e·s du quartier se sont rassemblé·e·s rue Damas, entonnant des chants contestataires et criant des slogans contre le président Miguel Diaz-Canel, une manifestation inhabituelle à Cuba. Face à la forte surveillance policière, l’activité avait été reportée au lundi 5 avril.

L’image d’un des membres du mouvement, le rappeur Maykel Osorbo, levant le poing avec une menotte attachée après avoir échappé à une tentative d’arrestation grâce à l’aide d’habitant·e·s, a été largement partagée lundi sur les réseaux sociaux. "Après un dimanche de répression et le soutien du peuple cubain, nous sommes prêts pour l’anniversaire collectif des enfants de San Isidro", avait écrit sur Twitter Luis Manuel Otero Alcantara.

Selon lui, l’activité visait à soutenir l’action de l’Union patriotique de Cuba (Unpacu), organisation dissidente dont trente membres disaient lundi être en grève de la faim depuis 17 jours à Santiago de Cuba pour protester contre le blocage par la police de leur distribution d’aliments et de médicaments aux pauvres.

La libération

Mardi 6 avril, l’artiste cubain Luis Manuel Otero Alcantara a annoncé avoir été libéré, un jour après son interpellation. "Je suis libre et, ce matin, nous avons réussi à distribuer les bonbons aux enfants de San Isidro. Aujourd’hui nous sommes Unpacu !", a publié, en solidarité avec le mouvement dissident, Luis Manuel Otero Alcantara sur sa page Facebook.

Avec AFP.

À voir aussi sur arts :