AccueilArt contemporain

Artistes et couleurs, retour sur une longue histoire d’amour

Publié le

par Kirkis

© Samuel Kubani/AFP

Anish Kapoor et le Vantablack, Yves Klein et son bleu… entre business et art, de vraies passions unissent artistes et couleurs.

En février 2016, le célèbre et richissime artiste d’origine indienne Anish Kapoor (connu aussi pour le scandale du"vagin de la reine" lors de son exposition dans les jardins de Versailles) achète le brevet du "Vantablack", une matière issue de nanotechnologies et qui est considérée comme "le noir le plus noir du monde".

Le plasticien devient donc le seul artiste au monde à pouvoir se servir de ce noir, une couleur capable d’absorber 99,965 % de la lumière et pouvant faire disparaître tous les reliefs par un effet d’optique saisissant, comme le montre cette vidéo.

Les réactions ne se font pas attendre à l’annonce de ce "vol de couleur" qui en choque plus d’un. En novembre 2016, l’artiste anglais Stuart Semple lance la riposte en proposant ironiquement de diffuser le rose le plus rose du monde, le pigment étant disponible pour "tout le monde sauf Anish Kapoor".

En acquérant ce pigment en poudre pour la modique somme de 4,70 euros, l’acheteur doit certifier qu’il "n’est pas Anish Kapoor, n’être aucunement affilié à Anish Kapoor, ne pas acheter cet article au nom d’Anish Kapoor ou un associé d’Anish Kapoor".

© Stuart Semple

Stuart Semple invite ensuite tou·te·s les acquéreur·se·s du pigment rose à diffuser sur les réseaux sociaux le hashtag #ShareTheBlack, qui se relaie alors à travers le monde, condamnant par la même occasion l’attitude de l’artiste d’origine indienne, qui prône pourtant la générosité dans l’art.

Une guerre de couleurs

Un jeu plutôt drôle au départ, qui tourne rapidement au ridicule lorsque Anish Kapoor poste sur son Instagram une photo de son doigt le plus honorable trempé dans le fameux pigment rose qui lui était formellement interdit, accompagnée d’un "va te faire voir" qui manque de dérision.

Infantile, la réponse de l’artiste anglais, pas beaucoup plus mature, ne s’est pas fait attendre, puisque dès le lendemain il poste sur le même réseau social une courte vidéo de sa main, les doigts enduits d’une substance noire et positionnés en signe de victoire.

Stuart Semple a-t-il eu en sa possession le fameux "Vantablack" de Kapoor ? Rien n’est moins sûr. En effet, ce matériau est en réalité difficile à appliquer et nécessite une montée en température de 400 °C. Autant dire que les doigts de notre cher artiste n’auraient pu survivre à une telle application. Il s’agit donc soit d’une autre matière noire, soit d’un simple effet spécial…

Si le "vol du noir" est au cœur d’une guerre puérile, un autre artiste est pourtant connu pour avoir breveté une couleur sans que cela n’émeuve personne. En 1960, Yves Klein, célèbre pour ses peintures monochromes bleu outremer, dépose le brevet de "l’International Klein Blue", abrégé "IKB", de la même manière qu’Anish Kapoor s’est accaparé le brevet du "Vantablack".

Une question de matières

En réalité, le brevet de l’IKB ne protège pas une couleur mais un liant qui permet de fixer les pigments bleus sur la toile, de manière à ce qu’ils ne perdent pas leur intensité, ce qui se passait avec les autres liants du commerce.

Dans un cas comme dans l’autre, il n’est donc pas vraiment question de couleurs mais bien de matières qui (comme toutes les autres matières) sont colorées. La couleur est donc une conséquence du brevet, mais pas son sujet, et personne n’a donc volé ni le bleu ni le noir.

Une histoire d’amour qui ne date pas d’hier

Artistes et couleurs, c’est une histoire d’amour qui dure depuis des siècles, pouvant passer par le juridique ou découlant d’une simple préférence et spécialité artistiques. Certain·e·s artistes sont si associé·e·s à une couleur, jusqu’à lui donner leur nom, tel Yves Klein avec le bleu. Pourtant, si le bleu était sa couleur fétiche, il réalisa de nombreux monochromes rose et or, ce qui forme avec le bleu une trilogie chromatique qu’il a déclinée en de nombreux tableaux, mais aussi en sculptures.

On retrouve plusieurs artistes associé·e·s au rose, mais les jumelles futuristes et hermaphrodites Eva & Adele en sont les plus célèbres représentantes. Elles s’habillent quotidiennement de la même manière avec des tenues exubérantes, le plus souvent en rose, et elles font de leur vie une œuvre d’art. Elles exposent de nombreuses photographies, des dessins et des peintures à leur effigie, mais aussi des objets du quotidien.

Bernard Aubertin, peintre français, a décidé de ne plus travailler qu’avec du rouge, en réalisant de nombreux monochromes de tailles diverses, avec différentes techniques (peinture à la cuillère, par empreintes, sur bois, sur clous, etc.). Il use et abuse de cette couleur qui symbolise le sang, mais aussi le feu, jusqu’à justement brûler ses propres tableaux éphémères faits d’allumettes. En s’embrasant, ils émettent un vif éclat rougeoyant avant de laisser place à un amas de bois calciné.

Le jaune inspire deux artistes français : Roland Orépük et André Stempfel. Deux peintres qui abordent le monochrome de manière humoristique, jouant avec le cadrage et la toile, comme si la peinture était vivante. On verra ainsi des tableaux piégés dans des sacs en plastique, ou d’autres qui se décollent de leur toile ou du mur des galeries.

Alan Charlton multiplie les peintures grises, toutes plus semblables les unes que les autres, austères comme peut l’être le gris. De forme rectangulaire ou triangulaire, le travail de cet artiste anglais trouve son intérêt dans la répétition et la monotonie assumée, en accord avec cette couleur de grisaille.

Peu d’artistes se sont intéressé·e·s exclusivement au violet, couleur ambivalente entre le bleu et le rouge. Le Français Pascal Lièvre propose néanmoins un Atlas féministe réalisé en paillettes violettes et qui reprend les motifs significatifs d’artistes féministes, comme Louise Bourgeois ou Frida Kahlo.

Si le Carré blanc sur fond blanc peint en 1918 par l’artiste russe Kasimir Malevitch est mondialement connu (et est de plus considéré comme le premier monochrome de l’histoire), c’est davantage à l’artiste Piero Manzoni que serait associé le blanc. Il réalise de nombreuses peintures achromes dans des matériaux aussi variés que le plâtre ou le coton. S’ils sont censés ne pas avoir de couleur, ils ont la particularité de tous être blancs : des toiles vierges, sans peinture…

De l’outre-noir à l’ultra-noir

Enfin, s’il a volé "l’ultra-noir", Anish Kapoor ne détrônera pas de sitôt Pierre Soulages, figure incontournable de la scène française de l’art contemporain. Ce dernier est en effet l’inventeur de "l’outre-noir", un noir qui au travers d’un travail de la matière parvient à jouer avec la lumière, tout le contraire du "Vantablack" d’Anish Kapoor.

L’enjeu des couleurs n’est donc pas nouveau, et la "guéguerre" entre Anish Kapoor et Stuart Semple n’est finalement qu’une poussière au milieu de cette longue histoire de l’art. Difficile à appliquer et à produire en grande quantité, le "Vantablack" ne sera peut-être pas un investissement si intéressant pour l’artiste, d’autant que d’autres "ultra-noir" sont en cours de conception par d’autres laboratoires.

En attendant, Stuart Semple surfe sur la vague en proposant "le pailleté le plus pailleté du monde".

© Stuart Semple

À voir aussi sur arts :