AccueilArt contemporain

Aux Pays-Bas, des musées transformés en salons de coiffure face aux mesures sanitaires

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

Il est possible de profiter d’une manucure à côté de la Jeune Fille à la perle et de se faire couper les cheveux (et non l’oreille) près d’un Van Gogh.

Aux Pays-Bas, des musées transformés en salons de coiffure face aux mesures sanitaires

© Benjamin Rondel/The Image Bank via Getty Images

Depuis le 19 janvier, des dizaines de musées et salles de concert s’étaient temporairement transformées en salons de coiffure et centre sportifs aux Pays-Bas afin de protester contre les restrictions sanitaires imposées au secteur culturel. Des barbiers et stylistes ongulaires se retrouvaient à prendre soin d’un public baignant au milieu d’œuvres d’art d’une valeur inestimable au musée Van Gogh d’Amsterdam.

Le secteur culturel estimait injuste de devoir rester fermé alors que les restrictions avaient été levées pour les magasins et les "professions de contact" comme les barbiers et les salons de manucure. Les autorités néerlandaises ont remis des avertissements à certains des quelque 70 sites qui ont participé à l’action de la journée.

"Nous voulions faire comprendre qu’une visite dans un musée est sûre et que nous devons être ouverts", a justifié à l’AFP la directrice du musée Van Gogh, Émilie Gordenker. "Nous nous attendons à recevoir un avertissement à un moment donné, après quoi, nous devrons fermer, mais nous voulions vraiment faire valoir ce point", a-t-elle ajouté.

L’un des clients du barbier a déclaré être venu pour défendre la culture. "Je pense que les grandes institutions comme les grands espaces ouverts, comme le musée Van Gogh, devraient pouvoir rouvrir", a-t-il souligné, estimant la prise de risque "raisonnable" vis-à-vis de la pandémie.

Des cours de fitness ont également été donnés au Mauritshuis à La Haye, qui abrite la célèbre Jeune Fille à la perle de Vermeer. La manifestation faisait suite à des actions de désobéissance civile dans des bars et des restaurants des Pays-Bas, excédés par les mesures sanitaires parmi les plus strictes d’Europe.

Des cafés ont ouvert dans plusieurs villes ce week-end malgré l’annonce par le gouvernement que ces derniers devaient rester fermés au moins jusqu’au 25 janvier 2022. Le gouvernement invoquait une nécessité de prudence car si les hospitalisations diminuent, les contaminations Omicron battent des records.

Une réouverture salvatrice

Aujourd’hui, la réouverture (sous conditions) des bars, restaurants et lieux culturels aux Pays-Bas a été autorisée, rapporte l’AFP. Suite aux "grandes tensions" dans les secteurs de la restauration et de la culture, le gouvernement a décidé de lever les restrictions strictes mises en place depuis Noël.

"Nous faisons aujourd’hui un grand pas pour déconfiner davantage" le pays, a déclaré le Premier ministre au cours d’une conférence de presse à La Haye. "Cela semble contradictoire alors que le nombre de contaminations explose, et nous devons être clairs sur le fait que nous prenons un risque", a-t-il ajouté.

La situation reste délicate aux Pays-Bas, qui enregistrent quotidiennement environ 60 000 nouveaux cas, mais notent une baisse des hospitalisations et des décès.

Konbini arts avec AFP

À voir aussi sur arts :