AccueilArt contemporain

Christie’s met en vente une œuvre 100 % numérique pour la première fois

Publié le

par Lise Lanot

© Beeple/Christie’s

Pour l’occasion, la célèbre maison de vente aux enchères acceptera même les cryptomonnaies.

Durant treize ans et six mois, l’artiste Beeple (Mike Winkelmann de son vrai nom) a conçu et publié une œuvre d’art par jour. Arrivé à la 5 000e œuvre, le 7 janvier 2021, il a créé un collage de ses travaux, dont le tout premier date du 1er mai 2007. Aujourd’hui, l’immense œuvre numérique, intitulée Everydays: The First 5 000 Days, est mise aux enchères par Christie’s. C’est la première fois qu’une grande maison de vente présentera une œuvre purement numérique et acceptera des cryptomonnaies ("dans ce cas, l’Ether"), en plus des types de paiement habituels. 

Pour s’assurer de son authenticité et de l’impossibilité de la dupliquer (il s’agit après tout d’une œuvre numérique, on pourrait se demander quel est l’intérêt de débourser une fortune pour une œuvre impalpable et virtuelle), Beeple et Christie’s insistent sur le "non fongible token unique" (NFT) de l’œuvre, soit sa "preuve non fongible" en français. Une "garantie de son authenticité", souligne la célèbre maison.

"Everydays: The First 5 000 Days", 2021. (© Beeple/Christie’s)

L’artiste a "encrypt[é] sa signature dans le fichier même en utilisant la blockchain – technique sécurisée de stockage d’informations  –, et il a ainsi intégr[é] des données uniques au fichier qui empêchent sa duplication", résume Numéro. La vente constitue une belle reconnaissance pour Beeple, dont les œuvres ont déjà séduit "Louis Vuitton, Nike, […] Katy Perry ou encore Childish Gambino", précise Christie’s.

Chacun des 5 000 dessins composant le collage a été réalisé sur autant de jours, sans jamais en manquer un. L’artiste raconte même avoir réalisé un des dessins avant d’emmener sa femme à l’hôpital, le jour de la naissance de son premier enfant. À l’aide "des outils 3D les plus avancés", il commente les faits marquants de l’actualité (voire parfois de son actualité personnelle, comme le jour où il a eu une intoxication alimentaire), se voyant "presque comme un dessinateur politique".

"Le 7 janvier 2021 : j’ai fait ça le 5 000e jour du projet. Ça incorpore de nombreux personnages et thèmes que j’ai traités ces dernières années. Je les ai représentés comme des muses entourant un enfant en train de dessiner, en référence à mes premiers dessins quotidiens. Je trouve toujours ça fou de voir ce que ce projet est devenu." (© Beeple/Christie’s)

Les cryptomonnaies, un futur prometteur pour le marché de l’art ?

Les cryptomonnaies ont le vent en poupe et la maison Christie’s en est bien consciente. Brassant des millions de dollars chaque année, la maison de vente aux enchères ne comptait pas botter en touche en oubliant de s’aligner à ces nouvelles possibilités de transactions. Beeple et Christie’s ont conjointement affirmé leur enthousiasme de faire partie de cette première. Noah Davis, spécialisé dans l’art d’après-guerre et contemporain chez Christie’s, a déclaré que la vente (qui ne contient que Everydays: The First 5 000 Days) était une "occasion parfaite d’explorer la cryptomonnaie" facilitée par ce "vendeur parfait, qui est heureux de recevoir un paiement en Ether". 

Inédite, l’œuvre n’est pas mise en vente avec une estimation de prix basée sur la cote de l’artiste, comme habituellement, mais sera présentée initialement à 100 dollars seulement. Le montant final adjugé à la vente constituera sans doute une indication quant au poids que ce nouveau domaine pèsera sur le lucratif marché de l’art contemporain. La vente d’Everydays: The First 5 000 Days pourrait signer le début d’un nouveau chapitre pour les grandes maisons de vente, habituées aux espèces sonnantes et trébuchantes des banques centrales.

"Le 18 septembre 2013 : j’ai fait ça super vite, en à peu près trois minutes, à cinq heures du matin juste avant de conduire ma femme à l’hôpital pour avoir notre premier enfant." (© Beeple/Christie’s)

"Le 1er mai 2007 : c’était mon tout premier <em>'Everyday'.</em> C’est un dessin de mon oncle Jim, que je surnomme 'Uber Jay'. J’aurais sans doute passé plus de temps dessus si j’avais su que ça finirait chez Christie’s !" (© Beeple/Christie’s)

"Le 27 novembre 2014 : j’ai fait ça le jour d’une intoxication alimentaire. Clairement, ça ne m’a pas pris plus de quelques minutes à créer, mais ce projet, c’est bien plus que le résultat d’une seule journée." (© Beeple/Christie’s)

Everydays: The First 5 000 Days, de Beeple, sera mis en vente en ligne du 25 février au 11 mars 2021.

Édit du 15/03/2021 (avec AFP) : L'œuvre de Beeple a été vendue en Ether pour 69,3 millions de dollars par Christie’s, un record qui témoigne de la révolution en cours sur ce marché longtemps confidentiel. Everydays: the First 5 000 Days situe Mike Winkelmann parmi les trois artistes les plus chers du monde de leur vivant, tous supports confondus. "Merde alors", a réagi Beeple sur son compte Twitter après la clôture de la vente, qui aura duré deux semaines au total.

"Des artistes utilisent du stockage de données et des logiciels pour créer de l’art et le diffuser sur Internet depuis plus de vingt ans, mais il n’y avait pas [jusqu’ici] de véritable moyen pour le posséder et le collectionner", a commenté Mike Winkelmann, dans un communiqué publié par Christie’s après la vente. "Avec le 'NFT', tout ça a changé. Nous assistons au commencement d’un nouveau chapitre dans l’histoire de l’art, de l’art numérique." L’art totalement dématérialisé renferme "autant de savoir-faire, de nuances et d’intentions que tout ce qui peut être fait sur un canevas physique", a-t-il ajouté. "Je suis plus qu’honoré et touché de représenter la communauté des arts numériques en cet instant historique."

Deuxième record : quelque 22 millions d’internautes ont suivi les dernières minutes de la vente sur le site de Christie’s, pour ce qui constituait la première vente d’une œuvre entièrement numérique par une maison d’enchères majeure. La quasi-totalité des participant·e·s à la vente (91 %) n’avait jamais enchéri chez Christie’s. Une majorité d’entre eux (58 %) avait entre 25 et 40 ans, selon la maison d’enchères.

Âgé de 39 ans, Mike Winkelmann était connu pour ses projets numériques et collaborations, mais avant fin octobre 2020, il n’avait encore jamais vendu d’œuvre à son nom. Fin février 2021, une autre œuvre de Beeple, Crossroads, s’était déjà revendue 6,6 millions de dollars sur la plateforme Nifty Gateway, spécialisée dans les œuvres d'art virtuelles. L’artiste a touché 10 % de ce montant, comme c’est l’usage sur la plupart des plateformes spécialisées. Et une animation qu’il avait lui-même vendue fin octobre 2020 pour un dollar symbolique a récemment été acquise pour 150 000 dollars.

À voir aussi sur arts :