AccueilArt contemporain

En Allemagne, une expo a été vandalisée avec des tags anti-Palestine

Publié le

par Lise Lanot

Les artistes faisant partie de l’exposition ont publié une lettre de soutien aux participants palestiniens.

En Allemagne, une expo a été vandalisée avec des tags anti-Palestine

© Dannie Jing/Unsplash

Tous les cinq ans, la ville allemande de Kassel présente Documenta, une grande exposition d’art contemporain n’excédant jamais une durée de cent jours. Sans objectif de vente, l’événement a été créé en 1955 en opposition à l’idéologie nazie de la première moitié du XXe siècle. Le 28 mai dernier, un des lieux de l’événement a été vandalisé.

L’espace en question est destiné à accueillir les travaux du collectif palestinien The Question of Funding, qui vise à "questionner, débattre et trouver des solutions aux modèles de financements internationaux restrictifs en vigueur dont les institutions culturelles palestiniennes continuent de dépendre", décrit le site de Documenta.

Un groupe d’anonymes a tagué les termes "187" et "Peralta" dans un lieu destiné à exposer les œuvres du collectif. Documenta émet l’hypothèse que le nombre fait référence à un terme argotique utilisé pour parler d’assassinat (en lien à la section 187 du code pénal californien traitant de ce crime). "Peralta" concernerait Isabelle Peralta, une femme "considérée comme la leader d’une organisation d’extrême droite espagnole".

En janvier, Documenta avait déjà été ciblé par un groupe nommé "l’Alliance contre l’antisémitisme de Kassel" qui accusait l’événement allemand d’inviter des "activistes anti-Israël", parce que deux artistes sont d’origine palestinienne. L’organisation allemande a également déclaré avoir retrouvé des autocollants islamophobes sur lesquels il était inscrit : "La liberté, pas l’Islam ! Pas de compromis avec la barbarie ! Combattez l’Islam !" ou encore "Solidarité avec Israël".

À la suite de Ruangrupa, l’organisation indonésienne chargée de la curation de l’événement Documenta, la quasi-totalité des artistes invité·e·s à Kassel cet été a publié une déclaration : "Nous nous unissons contre les attaques racistes qui ont débuté cette séquence d’événements. Et nous nous élevons contre toutes les formes de discriminations, qu’elles soient racistes, xénophobes, antisémites, sexistes, transphobes, islamophobes, anti-Palestine, anti-Roms, validistes, classistes, sociales et âgistes."

Documenta a annoncé que l’exposition aurait bien lieu "afin qu’elle parle pour elle-même". Une série d’événements avait cependant été annulée en mai, avant même que se soient produits les actes de vandalisme, mais alors que ces critiques s’élevaient déjà.

À voir aussi sur arts :