AccueilArt contemporain

En manque d'amour ? Kiss, le film sulfureux d'Andy Warhol, est disponible en ligne

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Andy Warhol

58 minutes gratuites de baisers langoureux.

Depuis le confinement, le Museum of Modern Art de New York a lancé le programme "Virtual Views", permettant à ses visiteur·se·s de pouvoir visualiser en ligne des films artistiques et performances. Cette initiative permet notamment de nous plonger dans de précieuses archives.

Cette semaine, le Film Vault Summer Camp a investi les "Virtual Views" pour présenter trois films. Parmi ceux-ci, on retrouve une œuvre audiovisuelle expérimentale d’Andy Warhol, controversée à sa sortie en 1963 : Kiss. Pour ce projet cinématographique muet, le pape du pop art a filmé en noir et blanc des personnes s’échangeant de longs baisers passionnés et langoureux. Le casting est composé d’artistes de la Factory et de certain·e·s de ses ami·e·s.

"Warhol a tourné 'Kiss' sur un film inversible, ce qui signifie qu’il n’y avait pas de négatif : la bobine qui était dans la caméra est la même bobine qu’il a ensuite projetée pour le public de la Factory, faisant des rayures et des dommages causés par le projecteur une partie du film en lui-même", précise le MoMa.

Si l’œuvre a choqué dans les années 1960, c’est parce qu’elle montre des couples mixtes, gays et lesbiens, ainsi que des personnes transgenres. Fasciné par la notion de temps, l’artiste a donc réalisé une œuvre de cinquante minutes, filmée en 16 mm, dans laquelle des couples s’aiment et le montrent, dressant un portrait atemporel de l’amour.

À voir aussi sur arts :