AccueilArt contemporain

Guerre Russie-Ukraine : les conséquences sur la culture

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

Des mesures contre la présence culturelle russe ont été prises également dans plusieurs pays d’Europe de l’Est.

Guerre Russie-Ukraine : les conséquences sur la culture

© Hester Qiang/Unsplash

L’attaque russe en Ukraine a d’ores et déjà des effets sur les échanges culturels en Europe de l’Est, avec notamment des sanctions sur le célèbre chef d’orchestre russe Valery Guerguiev. Réputé proche du président russe Vladimir Poutine, Guerguiev, 68 ans, directeur général du prestigieux théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, a été déprogrammé du festival La Prague de Dvorak (Dvorakova Praha) où il devait diriger l’orchestre philharmonique de Munich en septembre 2022.

"Nous ne pouvons ignorer la situation actuelle en Ukraine et rester sans réaction ni sans marque de solidarité envers les victimes innocentes de la guerre en cours", a indiqué dans un communiqué le directeur de l’Académie tchèque de musique classique Robert Kolar, qui rappelle que Valery Guerguiev soutient depuis longtemps "la politique étrangère agressive russe et le président Poutine". La veille, Guerguiev a été remplacé au pied levé pour une série de concerts au Carnegie Hall de New York pour les mêmes raisons.

Le directeur de la Scala milanaise Dominique Meyer et le maire de Milan Giuseppe Sala ont envoyé un message au maestro russe lui demandant de faire une déclaration plaidant pour une "solution pacifique" du conflit russo-ukrainien. En cas de refus, la présence de Valery Guerguiev aux prochaines représentations de l’opéra La Dame de pique, prévues entre le 5 et le 13 mars 2022, pourrait être compromise.

Le fait d’avoir approuvé l’annexion de la Crimée par la Russie, sa participation à des concerts en Ossétie du Sud bombardée et à Palmyre aux côtés de l’armée syrienne ont valu à Guerguiev maintes critiques ces dernières années.

Des mesures contre la présence culturelle russe ont été prises également dans plusieurs pays d’Europe de l’Est. En Estonie, le théâtre Vaba Lava a annulé les Journées de Saint-Pétersbourg prévues à Narva du 1er au 5 mars 2022.

En Slovaquie, l’Orchestre philharmonique national a supprimé de son programme une partie de la Cantate Alexandre Nevski de Prokofiev, pour "éviter d’éventuels malentendus à propos du texte" de cette œuvre. En Lettonie, le groupe renommé de rock BrainStorm a annulé sa tournée en Russie, tandis que l’Opéra national a annoncé que son orchestre jouerait l’hymne national de l’Ukraine "Chtche ne vmerla Ukraïna" avant chaque concert et n’inviterait plus d’artistes étranger·ère·s qui ne condamnent pas l’attaque russe.

En Pologne, le vice-ministre de la Culture Jaroslaw Sellin, tout en évoquant "la magnifique culture, musique et littérature" russes, a dénoncé "les folles conceptions néoimpériales" des dirigeants de Moscou et estimé qu’une "intense coopération culturelle avec la Russie ne lui semblait pas possible".

Konbini arts avec AFP.

À voir aussi sur arts :