AccueilArt contemporain

La Galerie des oubliés rend hommage aux artistes passés sous silence

Publié le

par Caroline Lebrun

© Menachem Gueffen/Galerie des oubliés

À Nantes, cette galerie fait le pari d’exposer des artistes inconnus ou qui n’ont pas accédé à la reconnaissance de leur vivant.

Donner une seconde chance à des œuvres oubliées ou à des artistes ignoré·e·s de leur temps : tel est le défi que Léopold et sa mère Izabeau ont décidé de relever en inaugurant la Galerie des oubliés. Ce besoin de mettre en lumière des artistes passé·e·s à la trappe de l’histoire de l’art naît d’une rencontre ; celle d’une sensibilité commune au monde de l’art et le constat désolant de l’abandon d’œuvres qui n’ont jamais eu l’opportunité d’être mises en avant.

En premier lieu, les deux galeristes ont choisi de se spécialiser dans une période : le milieu du XXe siècle. Comment des artistes passent-ils au travers de la lumière ? Les explications sont nombreuses, il s’agit donc de regarder au cas par cas, confie Léopold.

© Galerie des oubliés

Les oublié·e·s de l’histoire

D’abord, il y a le timing : si l’essence de l’œuvre n’est pas en phase avec les tendances de l’époque, il se peut qu’elle soit jugée trop visionnaire, abstraite ou anticonformiste et qu’elle tombe en désuétude. Ensuite, le facteur technique : est-ce que l’artiste avait les moyens de faire connaître son travail et d’en faire la promotion, sachant que les moyens de communication de l’époque étaient moins commodes que ceux que nous connaissons aujourd’hui ?

La question du réseau se pose également, surtout si l’artiste n’était pas connu·e au préalable. Pour le galeriste, ce sont autant de murs invisibles qui ont contribué à passer ces artistes sous silence, les rangeant de fait dans la case des oublié·e·s de l’histoire.

Menachem Gueffen. (© Galerie des oubliés)

Pour redonner vie à ces toiles qui appartiennent au patrimoine culturel, le choix a été fait de mettre en valeur ces artistes incompris·es qui n’ont jamais été exposé·e·s ou qui ont joui d’une petite visibilité qui s’est estompée avec le temps.

Il s’agit donc de "découvrir ces artistes de l’ombre, les réhabiliter dans le milieu de l’art, leur offrir la reconnaissance" que tou·te·s méritent, et d’observer des œuvres de facture moderne ou contemporaine allant de 1930-1940 à 1980. "En ce moment, au regard de la période que nous vivons, les gens ont besoin de s’entourer de beau", confie Léopold.

© Galerie des oubliés

Une affaire de familles

Au-delà du lien familial qui les unit, Izabeau et Léopold partagent une sensibilité commune au monde de l’art. Izabeau est artiste et se désole de voir des ateliers laissés à l’abandon. Alors, le travail de recherche commence : "Nous enquêtons pour savoir qui se cache derrière ces tableaux, ces sculptures ou ces dessins, afin de mieux les connaître et les aimer." Car derrière ces toiles, se cachent des individus, des histoires et des émotions qui s’articulent en quelques coups de pinceau et stagnent depuis des années sous la poussière.

L’idée de leur rendre hommage résonnait comme une évidence et s’est concrétisée avec l’expertise en création d’entreprise de Léopold. Pour mettre la main sur ces objets du passé, les deux galeristes font leurs propres recherches dans les anciens ateliers ou chez les antiquaires de la région nantaise. Ils comptent également sur la famille des artistes : "Notre volonté première est d’intégrer la famille des artistes à notre projet", souligne le binôme. Cette collaboration "essentielle" permet à la fois de valoriser au mieux l’objet et d’entrer dans l’intimité de l’œuvre.

Malgré un contexte sanitaire qui complique la vie des artistes et des amateur·rice·s de culture, la galerie a bien levé le rideau en janvier 2021 avec une première exposition dédiée au peintre Menachem Gueffen. Une série de 21 tableaux réalisés dans les années 1960-1970 et représentant des visages féminins éclatants, dans un style qui emprunte au cubisme.

© Galerie des oubliés

© Galerie des oubliés

Menachem Gueffen. (© Galerie des oubliés)

Pour permettre au public d’admirer les œuvres de ces artistes passés sous silence, la Galerie des oubliés poursuit son exposition jusqu’au 29 mai 2021, à Nantes. Vous pouvez suivre la galerie sur Instagram.

À voir aussi sur arts :