AccueilArt contemporain

La plus ancienne sculpture d'Asie de l'Est découverte en Chine (et elle est minuscule)

Publié le

par Lisa Drian

© L. Doyon, Francesco d’ERRICO/CNRS/University of Bergen/AFP

Il s'agit d'un petit oiseau vieux de 13 500 ans et sculpté dans de l'os brûlé.

Une dizaine de millimètres et 13 500 ans d’histoire… Ce minuscule oiseau ne paye pas de mine mais il a obtenu le record de la plus ancienne œuvre d’art chinoise, symbole de toute une époque. La petite statue a été découverte au milieu de restes d’animaux calcinés à Lingjing, à l’est de la Chine, affirme l’étude publiée dans la revue scientifique PLOS One.

Un savoir-faire impressionnant

L’état de conservation de l’oiseau est exceptionnel. "La sculpture n’est pas une représentation totalement réaliste d’un oiseau. L’artiste a surdimensionné la queue de l’oiseau pour permettre à la sculpture de tenir sur son piédestal", explique à l’AFP Francesco d’Errico, chercheur au CNRS. Une pratique artistique déjà bien avancée pour l’époque selon le chercheur. "L’artiste était pleinement conscient du fait que la statuaire est l’art de l’équilibre et de l’harmonie ", ajoute le coauteur de l’étude.

Grâce à quatre techniques différentes et 68 zones différentes de l’os travaillées, l’artiste a pu obtenir ce passereau. (© L. Doyon, Francesco d’ERRICO/CNRS/University of Bergen/AFP)

Pour réaliser son œuvre, le sculpteur a utilisé quatre techniques différentes et travaillé pas moins de 68 zones différentes de l’os. Difficile à imaginer quand on voit ce petit oiseau. Le carbone 14 d’os trouvés avec la figurine et les outils en pierre débusqués sur place ont permis aux chercheur·se·s de déterminer l’âge de la figurine.

"L’oiseau a une forme et un style parfaitement reconnaissable. C’est incroyable de penser que sa création remonte à 13 500 ans. On ne sait pas encore s’il est originaire d’ici ou s’il a été importé en Chine. Il existe en Europe et en Sibérie des figures bien plus anciennes. Mais l’oiseau de Lingjing a une valeur esthétique supérieure. La sculpture est très délicate et peut être maintenue debout", explique à RFI Li Zhanyang, archéologue et professeur à l’université de Shandong.

Combler un trou dans l’histoire

L’oiseau tient sur un petit piédestal et apporte des réponses à l’histoire de l’art entre la Chine et l’Occident. "Cette figurine remplit un trou énorme, de plusieurs millions de kilomètres carrés. On a quelques représentations 3D pour la Sibérie mais pour l’Asie du Sud-Est, c’est la plus ancienne figuration sculptée", confirme le directeur de recherche du CNRS de l’Université de Bordeaux.

"Nous savions déjà, qu’à cette époque, les chasseurs-cueilleurs de Chine fabriquaient des outils en os (des pointes de lance, des aiguilles…) et des ornements personnels faits de coquillages, d’œufs d’autruche ou de dents d’animaux. La sculpture d’objets, sans fonction apparente et nécessitant un apprentissage spécifique, ouvre une nouvelle fenêtre sur ces sociétés et les rend encore plus proches des chasseurs-cueilleurs historiquement connus", ajoute-t-il.

La statuette sera exposée dans un musée et se trouve aujourd’hui à l’Université de Shandong, en Chine.

À voir aussi sur arts :