AccueilArt contemporain

Le boom des achats d’œuvres d’art en ligne s’est poursuivi en 2021

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Zalfa Imani/Unsplash

"Beaucoup de collectionneurs ont accepté de payer des sommes plus importantes qu’avant pour des œuvres d’art."

Les achats en ligne d’œuvres d’art, qui avaient décollé en 2020, au début de la crise sanitaire du Covid-19 et lors des confinements successifs, ont poursuivi leur envolée au premier semestre 2021, selon un récent rapport de la société d’assurance spécialisée Hiscox. Les ventes en ligne internationales ont atteint une valeur record de 6,8 milliards de dollars au premier semestre de l’année (une hausse de 72 % par rapport au premier semestre 2020), et pourraient atteindre une valeur historique de 13,5 milliards de dollars d’ici à la fin de l’année si leur rythme se maintient, selon le rapport.

"La confiance des acheteurs a été le principal levier du décollage des ventes en ligne", soulignent ses auteur·rice·s, qui précisent que "beaucoup d’entre eux ont accepté de payer des sommes plus importantes qu’avant pour des œuvres d’art". Au premier semestre 2021, le prix moyen payé lors des ventes aux enchères, exclusivement en ligne, organisées par Sotheby’s, Christie’s et Phillips s’élevait ainsi à 24 291 dollars, soit près de trois fois plus qu’en 2019 (8 529 dollars).

Phénomène en pleine recrudescence : les NFT, ou certificats d’authenticité numérique pour des contenus en ligne, révolutionnent le marché de l’art mondial. Quelque 14 % des plateformes ont déjà intégré les NFT à leurs offres et 38 % envisagent de le faire dans un futur proche.

Les ventes d’œuvres d’art et d’objets de collection cryptés en NFT, depuis le début de l’année 2021, ont atteint environ 3,5 milliards de dollars fin septembre, grâce aux nouvelles possibilités offertes par cette technologie en matière de collection artistique, à la fois physique et en ligne, selon le rapport. Il est basé sur une étude réalisée pour Hiscox par la société d’études de marchés londonienne ArtTactic auprès d’acheteur·se·s de tous les continents.

Avec AFP.

À voir aussi sur arts :