AccueilArt contemporain

"Le patrimoine ne se vend pas" : le Mexique en colère contre les enchères de son identité

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Alexander Schimmeck/Unsplash

La ministre de la Culture Alejandra Frausto demande le retour d’œuvres pré-hispaniques dans les musées du Mexique.

La ministre de la Culture mexicaine, Alejandra Frausto, défend le combat du pays pour le retour des œuvres pré-hispaniques dans ses musées, dans un entretien à l’AFP, entre deux ventes aux enchères à Paris qui réveillent la colère de Mexico.

"Le patrimoine culturel est devenu un objet de commerce", alors qu’il représente "l’identité des peuples", déplore la ministre au lendemain d’une vente de la maison Artcurial et quelques jours avant celle de Christie’s, prévue le 10 novembre 2021.

Ces deux ventes incluent des objets "précolombiens", désignation générale des civilisations qui ont rayonné sur le territoire du Mexique actuel, avant l’arrivée des Espagnol·e·s au XVIe siècle (Olmèques à partir de -1200 avant notre ère, Mayas dans le Yucatán, Teotihuacan, Toltèques, Mixtèques…).

L’ambassade du Mexique en France avait demandé l’annulation des deux ventes aux enchères. Ces pièces historiques "ne sont pas des articles de luxe, des objets pour décorer une maison, pour un collectionneur. Le patrimoine ne se vend pas", affirme la ministre.

"Nous avons lancé un appel aux maisons de ventes aux enchères. Elles nous répondent qu’elles ont la certitude que leur propriété des objets est légitime", a poursuivi la "secrétaire" du président Andrés Manuel López Obrador, qui prétend rompre avec le "néolibéralisme".

"D’après la loi mexicaine, toute pièce du patrimoine national qui se trouve loin du pays […] provient d’un trafic illicite", estime au contraire Mme Frausto, élue du Guerrero, un État de la côte du Pacifique. En place depuis fin 2018, l’actuel gouvernement se félicite d’avoir rapatrié "5 800" objets d’art pré-hispaniques, un chiffre "historique".

Ces objets sont exposés dans les innombrables lieux culturels du pays, à commencer par le musée d’Anthropologie de Mexico, qui abrite jusqu’en février 2022 une exposition intitulée "La Grandeur du Mexique". En juillet dernier, le Mexique et la France ont signé une déclaration d’intention pour renforcer leur coopération dans la lutte contre le trafic des biens culturels.

Le Mexique a décoré fin septembre 2021 un officier des "carabinieri" italiens responsable d’une unité pour la "tutelle du patrimoine" et contre le pillage culturel. Le Mexique entend se doter du même corps pour éviter la sortie frauduleuse des œuvres d’art de son patrimoine culturel.

"Le travail diplomatique se poursuit. Nous en avons fini avec l’inertie", se félicite la ministre, qui demande également le soutien de l’Unesco. "Nous en appelons à l’éthique des collectionneurs", ajoute-t-elle."Le fait de récupérer ces fragments de l’histoire et des cultures du Mexique nous aide à retrouver une identité dont on [voulait] nous priver", estime la ministre, qui s’apprête à défendre le textile artisanal des communautés indigènes face au plagiat des grandes maisons de mode lors d’une rencontre mi-novembre 2021.

Malgré les demandes du Mexique, Christie’s a mis aux enchères en février dernier quarante objets pré-hispaniques pour un montant total de trois millions de dollars. Le commerce illicite de biens culturels génère chaque année près de dix milliards de dollars, d’après l’Unesco.

Avec AFP.

À voir aussi sur arts :