AccueilArt contemporain

L’Égypte dévoile les rénovations de Karnak, son "musée à ciel ouvert"

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Jeremy Bishop/Unsplash

Des centaines de sphinx à tête de bélier et corps de lion ont retrouvé une nouvelle jeunesse.

Vieux de 3 500 ans, les centaines de sphinx à tête de bélier et corps de lion de Louxor ont retrouvé une nouvelle jeunesse sur l’allée qui mène au temple de Karnak, dans le sud de l’Égypte. Lors d’une cérémonie grandiose dont l’Égypte d’Abdel Fattah al-Sissi est friande, le président a inauguré l’allée de statues rénovées qui mène au temple du dieu Amon, l’une des principales divinités du panthéon égyptien.

L’objectif, assure le ministère du Tourisme, est de faire des lieux "un musée à ciel ouvert" dans un pays où le secteur touristique emploie deux millions d’égyptien·ne·s et génère plus de 10 % du PIB. Karnak, vaste complexe au nord de Thèbes – la Louxor d’aujourd’hui –, ses temples et ses palais, ainsi que les nécropoles de la vallée des Rois et de la vallée des Reines sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco.

Chaque année, des millions de touristes se pressent sur les sites de l’Égypte antique, notamment cette allée des sphinx à tête de bélier, qui court sur trois kilomètres, du temple de Karnak à celui de la Thèbes antique. Les centaines de statues d’animaux mythologiques de Louxor, découvertes en 1949, avaient été mi-2020 au cœur d’une polémique car quatre des sphinx à tête de béliers avaient été séparés de leurs congénères pour être installés sur l’emblématique place Tahrir du Caire, cœur de la révolution de 2011 qui a abouti à la chute de l’autocrate Hosni Moubarak.

Déjà, l’un des deux obélisques du temple de Louxor avait été déplacé en 1836. C’est lui qui surplombe depuis la place de la Concorde à Paris. L’égyptologie est un fonds de commerce précieux pour Le Caire qui régulièrement se sert de ses antiquités pour rayonner mondialement.

En avril, les télévisions du monde entier avaient retransmis les images d’une procession grandiose au Caire. Pas moins de 22 chars noirs ornés de motifs dorés et lumineux rappelant les embarcations funéraires antiques avaient transporté les momies de rois et reines de l’Égypte antique vers le nouveau musée national de la Civilisation égyptienne. Le Caire annonce depuis longtemps une inauguration en grande pompe dans les mois à venir du nouveau Grand Musée égyptien, au pied des pyramides de Gizeh.

Avec AFP.

À voir aussi sur arts :