AccueilArt contemporain

Les musées et monuments français seront les premiers à rouvrir, dès la "décrue" du virus

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Peter Adams/
The Image Bank Unreleased/Getty Images

Le gouvernement s’engage auprès des musées. Une réunion aura lieu entre les professionnels de l’art et la ministre de la Culture.

Les musées et les monuments seront les premiers à rouvrir "quand nous aurons une décrue", a déclaré lundi la ministre de la Culture Roselyne Bachelot sur BFM-TV, précisant que "nous n’en sommes pas là sur les salles de cinéma et de spectacles". "J’ai toujours dit que dans ce calendrier, musées et monuments seraient les premiers convoqués à la réouverture, a dit la ministre. Je comprends les gens qui me demandent des dates. Dès qu’il y a une possibilité, nous le faisons."

"Un musée, ça ne s’ouvre pas comme on allume la lumière dans une pièce", a précisé la ministre. "Les directeurs nous ont dit qu’il fallait un délai entre trois jours pour les plus rapides et de quinze jours à trois semaines si l’on respecte […] un certain nombre de procédures […]. Donc si on a une visibilité de trois à quatre jours, ce n’est pas possible. Il nous faut une visibilité sur une quinzaine de jours", a ajouté Roselyne Bachelot.

La ministre de la Culture a réuni "les différents responsables de ces structures, qui sont très diverses", puisqu’elles comptent des établissements publics, des musées municipaux ou privés "qui ont des caractéristiques différentes pour la réouverture", a-t-elle indiqué. Cette réunion s’est tenue ce lundi 8 février avec le ministre de la Santé Olivier Véran.

Une fronde amplifiée

La fronde des musées s’est récemment amplifiée contre une fermeture qu’ils estiment ne pas mériter : pétitions et propositions concrètes ont été déposées sur le bureau de la ministre Roselyne Bachelot pour leur réouverture rapide, au moins partielle. "Pour une heure, un jour, une semaine ou un mois, laissez-nous entrouvrir nos portes, même si nous devions les refermer en cas de nouveau confinement !" : telle est la supplique formulée la semaine dernière par une centaine de directeur·rice·s et président·e·s de centres d’art, emmenée par Emma Lavigne, du Palais de Tokyo, à Paris.

À la suite de cette démarche – qui fédère fondations, revues spécialisées, espaces d’art, musées et fonds régionaux d’art contemporain –, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a accepté de s’entretenir ce lundi avec les professionnel·le·s du secteur lors d’une réunion de travail sur Zoom.

Autre initiative : le président du Fonds de dotation ArtNova et administrateur du Louvre, Frédéric Jousset, et la journaliste Florence Belkacem ont adressé vendredi dix propositions à la ministre qui donnent des pistes réalisables facilement, comme une réouverture dans un premier temps le week-end, lorsque les familles ont du temps, ou bien à l’inverse, comme en Italie, les jours de semaine.

Comme tous les lieux culturels, les musées sont portes closes depuis fin octobre 2020. Et les espoirs d’une réouverture mi-décembre 2020, puis fin janvier 2021, ont été déçus. Des expositions très attendues et coûteuses restent sans visiteur·se·s et doivent parfois être remballées sans avoir été vues. Les pétitionnaires se déclarent prêt·e·s à observer un protocole sanitaire renforcé, à n’ouvrir qu’une partie de leurs salles à des horaires restreints et avec une jauge encore plus réduite. Dans tous les cas, les protocoles sanitaires devraient être similaires à ceux validés dans les bibliothèques, les lieux de culte et les galeries d’art. L’accueil des scolaires devrait être favorisé et l’accès aux lieux patrimoniaux dans les zones à faible circulation du virus possible. Une priorité pourrait être donnée aux musées petits et moyens.

Les Français·es – et surtout les jeunes –, argumentent les signataires, ont un besoin urgent d’aller redécouvrir les œuvres d’art pour résister à la déprime et faire ainsi de cette période difficile un "hiver culturel et apprenant". Ces demandes s’appuient sur des expériences de réouvertures, notamment en Italie et en Espagne.

Dans le journal Le Monde, une première pétition signée de personnalités (Carla Bruni, Stéphane Bern…), en début de semaine dernière, avait déjà interpellé le gouvernement : "Les musées sont sans doute les lieux où les interactions humaines et les risques de contamination sont les moins avérés." "Pourquoi les bibliothèques, où l’on est en contact avec les livres, les galeries où les espaces sont exigus, sont-elles ouvertes, et pas [les musées] ?", s’est interrogé Frédéric Jousset auprès de l’AFP.

Ce dernier dénonce "un angle mort", car "notre secteur n’a pas un poids économique suffisamment grand" : "Les musées, c’est la grande muette et les centaines de pétitionnaires sont sortis du bois pour exprimer ce que pense la majorité silencieuse." Il sait que rouvrir les musées "risque de susciter la jalousie" des autres institutions culturelles (théâtres, cinémas). Une donnée certainement prise en compte par le gouvernement.

Édit du 09/02/2021 : les musées et monuments publics et privés se sont montrés disposés à faire des efforts, notamment en durcissant les jauges, pour pouvoir rouvrir dès que possible, a déclaré Roselyne Bachelot lundi à l’AFP, à l’issue d’une réunion. La ministre de la Culture venait d’échanger pendant deux heures, via Zoom, avec une trentaine de responsables de musées, centres d’art, monuments publics et privés, en présence de son homologue de la Santé Olivier Véran.

"Globalement, j’ai senti un tel désir de rouvrir qu’ils sont disposés à durcir, à vraiment assurer la sécurité d’un modèle résilient sur les jauges", a-t-elle indiqué. Selon elle, les professionnel·le·s ont fait preuve d’"une très grande ouverture à passer de la jauge de quatre mètres carrés du premier confinement à une jauge de dix mètres carrés". Les responsables des musées et centres d’art sont aussi disposé·e·s à "réfléchir sur les heures d’ouverture pour faire en sorte que les flux ne soient pas au moment où les transports en commun sont les plus sollicités", a-t-elle précisé.

"Il faut aussi faire en sorte que soit nommé dans chaque entreprise un référent anti-Covid qui soit là non seulement pour vérifier que les normes sont bien respectées mais aussi pour faire de la formation aux agents et aux visiteurs." Elle dit avoir rassuré "dès le départ" ses interlocuteur·rice·s sur sa volonté de leur "laisser une partie d’autonomie, de responsabilité, pour tenir compte des spécificités". "On aurait pu penser à des positions très opposées" mais "on a toutes sortes de propositions qui convergent dans le bon sens", a aussi affirmé la ministre.

Dès qu’il y aura "stabilisation [de] la décrue de cette pandémie qui est encore à un niveau très très élevé, le top-départ d’ouverture pourra être donné", a-t-elle promis. Interrogée sur un accès prioritaire des jeunes, Mme Bachelot a souligné que, les vacances scolaires se prolongeant en mars selon les zones, "nous avons du temps pour y réfléchir". "Des classes entières, ce sera difficile. Mais de petits groupes scolaires pourront être envisagés à la rentrée des vacances", a-t-elle assuré.

Avec AFP.

À voir aussi sur arts :