AccueilArt contemporain

Partygate : Tracey Emin veut retirer son œuvre des bureaux de Boris Johnson

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

En raison du scandale des fêtes à Downing Street pendant les confinements, l’artiste Tracey Emin veut récupérer son œuvre.

Partygate : Tracey Emin veut retirer son œuvre des bureaux de Boris Johnson

© Chris Jackson/Getty Images

L’artiste britannique Tracey Emin a demandé que l’une de ses œuvres ne figure plus au sein des bureaux du Premier ministre du Royaume-Uni Boris Johnson, en raison du scandale des fêtes à Downing Street pendant les confinements. C’est en 2011 que Tracey Emin avait donné More Passion, une installation en néon, pour la résidence du chef du gouvernement, alors occupée par David Cameron.

"Je veux qu’elle soit décrochée, je vais vous dire ce dont ils ont besoin, c’est de faire preuve de compassion, pas de passion, a expliqué l’artiste de 58 ans sur la BBC. Ils n’ont pas besoin d’une atmosphère festive." Un porte-parole du Premier ministre a indiqué que le lieu d’exposition de l’œuvre serait "discuté avec l’artiste". "Je pense qu’elle restera au sein de la collection du gouvernement qui expose des œuvres dans un certain nombre d’endroits."

Boris Johnson traverse la crise la plus grave depuis son arrivée au pouvoir en juillet 2019. La raison ? Une série de fêtes organisées au cœur du pouvoir pendant que les Britanniques devaient restreindre leurs contacts en raison de la pandémie de Covid-19. "La plupart d’entre nous respectons les règles, a estimé l’artiste. Et on dirait que ce gouvernement n’en a rien à faire."

Connue pour ses installations intimes et fortes, Tracey Emin avait pris d’assaut la scène artistique dans le cadre du mouvement des Young British Artists, dans les années 1990, au côté de Damien Hirst, Rachel Whiteread, Chris Ofili ou encore Jake et Dinos Chapman.

Elle a été longtemps considérée comme la "mauvaise fille" du groupe et son succès n’a fait que croître. L’artiste a été professeure dans la plus vieille école d’art du pays, la Royal Academy, et a représenté le Royaume-Uni à la biennale de Venise.

Konbini arts avec AFP

À voir aussi sur arts :