AccueilArt contemporain

Quand l’artiste Louise Bourgeois "détruisait son père" dans une œuvre macabre

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

Dans son œuvre "Destruction du père", Louise Bourgeois aborde ses traumatismes d’enfance et les humiliations que lui faisait subir son père.

Quand l’artiste Louise Bourgeois "détruisait son père" dans une œuvre macabre

© Louise Bourgeois/Collection Glenstone Museum, Potomac, Maryland/2021, ProLitteris, Zurich/Photo : Johee Kim

Connue pour ses Mamans nourricières et protectrices, Louise Bourgeois s’est aussi attaquée à la figure du père. La tonalité n’est toutefois pas la même lorsqu’elle aborde le pater : il y est davantage question de rancœur, de vengeance, de terreur et de domination.

En 1974, l’artiste née dans la bien belle ville française de Choisy-le-Roi révélait son œuvre Destruction du père, exposée en ce moment au Kunstmuseum Basel dans le cadre d’un événement pensé par Jenny Holzer. Dans cette œuvre cathartique, l’artiste plasticienne explore la domination de la figure paternelle, en lien avec ses propres traumatismes d’enfance.

Cette installation artistique prend place dans une pièce tamisée avec une lumière rouge quelque peu anxiogène, qui pourrait être comparée à un utérus ou à une scène de crime. Au centre de cette pièce, des tabourets et une table à manger semblable à un lit. Dans ce banquet macabre, le public est confronté à des formes organiques éparses, comme des bouts de corps humain posés çà et là sur la table, des morceaux de crâne, des phallus, des jambes amputées. Ces sculptures sont en réalité des carcasses de moutons et de bœufs moulées dans du latex et du plâtre.

Louise Bourgeois, The Destruction of the Father, 1974-2017. (© Collection Glenstone Museum, Potomac, Maryland/2021, ProLitteris, Zurich/Photo : Johee Kim)

Ici, Bourgeois représente la révolte d’enfants contre leur père, révolte ayant mené à l’assassinat de ce dernier. L’histoire raconte que ce repas de famille aurait viré au cauchemar et que ces enfants auraient démembré et dévoré leur géniteur. Dans cette création psychologique puissante, Louise Bourgeois souhaitait régler ses comptes avec son propre père, qui lui faisait subir des humiliations durant toute son enfance.

Parmi ses souvenirs, elle évoquait souvent ses moqueries, son autorité, ses tendances à la rabaisser continuellement et surtout, l’adultère dont sa mère a souffert en silence : durant son adolescence, la maîtresse de son père s’est installée dans leur maison familiale et donnait des cours d’anglais à la fratrie. "Je suis un pion. Sadie est censée être là en tant que professeure et en fait toi, maman, tu m’utilises pour pister ton mari. C’est de la maltraitance d’enfants", écrivait-elle dans un texte intitulé Child Abuse, publié en décembre 1982 dans le magazine Artforum.

Cette étrange cohabitation, qui la plongea dans une détresse émotionnelle et une cellule familiale conflictuelle, dura dix ans. Tout le long de sa carrière, Louise Bourgeois n’a cessé de représenter des figures masculines indignes, de créer des cocons pour remplacer sa mère malade et regrettée, des recoins où se nicher et se sentir en sécurité.

C’est à la mort de son père, en 1951, que l’artiste se lance dans une psychanalyse qui durera trente ans afin d’affronter la souffrance causée par son père. C’est après sa mort et cette œuvre de 1974 que l’art de Bourgeois prendra un tournant autobiographique très important et s’intéressera d’autant plus aux relations familiales, à l’enfance et à la psychologie.

"Louise Bourgeois x Jenny Holzer – The Violence of Handwriting Across a Page", une exposition à voir au Kunstmuseum Basel (Neubau et Hauptbau, Suisse) jusqu’au 15 mai 2022.

À voir aussi sur arts :