AccueilArt contemporain

Qui était Richard Rogers, le co-créateur du centre Pompidou mort samedi ?

Publié le

par Lise Lanot

© Tony Evans/Timelapse Library Ltd./Getty Images

Décrit comme un "visionnaire", l’architecte a créé le célèbre musée aux tuyauteries apparentes en 1971 avec son ami Renzo Piano.

L’architecte britannique Richard Rogers, qui a créé avec Renzo Piano le centre Georges Pompidou de Paris, est mort samedi 18 décembre au soir, selon des médias citant un porte-parole et son fils. Âgé de 88 ans, lauréat du prix Pritzker en 2007, Richard Rogers "est décédé paisiblement", a rapporté l’agence de presse britannique PA. Selon le New York Times, son fils Roo Rogers a confirmé son décès, dont la cause n’a pas été précisée.

"Immense tristesse", a tweeté la maire de Paris, Anne Hidalgo : "Richard Rogers était un visionnaire, un architecte, un artiste talentueux, libre et inspirant. Il aimait Paris. À sa famille, à ses proches j’adresse toutes mes condoléances." Le critique d’architecture américain Paul Goldberger a quant à lui déploré une "nouvelle perte immense pour l’architecture en 2021" et salué sur les réseaux sociaux "un homme courtois et un talent formidable".

"Très émus d’apprendre la disparition de Richard Rogers, architecte de génie de notre bâtiment avec son complice Renzo Piano", a réagi sur Twitter le centre Pompidou. Le musée parisien a rendu hommage à l’architecte, décrivant un artiste "profondément humaniste" et, "tout au long de son existence", un "visionnaire".

Né en 1933, Richard Rogers a traversé le XXe siècle, "très tôt conscient de la responsabilité environnementale [et] du rôle central que l’architecture peut jouer dans la constitution et le développement de nos sociétés". Selon le centre Pompidou, il estimait que "l’architecture avait un effet sur les individus, qu’elle pouvait améliorer l’existence mais aussi la brutaliser".

Richard Rogers au centre Pompidou avec Renzo Piano et Peter Rice, 1974. (© Tony Evans/Timelapse Library Ltd./Getty Images)

Pour les trente ans du centre Pompidou, en 2007, le musée lui consacra une grande exposition hommage à son travail et celui de ses associé·e·s, "Richard Rogers & Architectes". La rétrospective voyagea en Grande-Bretagne, en Espagne et en Chine, rappelle le centre d’art contemporain.

Un pionnier du mouvement "high-tech"

Né à Florence en 1933 avant de fuir avec sa famille l’Italie de Mussolini pour s’installer à Londres, Richard Rogers est l’un des pionniers du mouvement "high-tech", qui se distingue par ses structures de verre et d’acier et ses tuyauteries apparentes. Outre le centre Pompidou dans le cœur de Paris, qu’il a créé en 1971 avec son ami Renzo Piano, il a dessiné le siège de la compagnie d’assurances des Lloyd’s, un ovni architectural inauguré en 1986 dans la City de Londres.

Il a également créé le bâtiment de la Cour européenne des droits de l’Homme à Strasbourg, les bureaux à Berlin sur la Potsdamer Platz, un terminal de l’aéroport international de Barajas à Madrid, le Three World Trade Center à New York, ainsi que le Dôme du millénaire à Londres, curiosité des festivités de l’an 2000 qui lui valut les foudres du prince Charles. Devenu Lord Rogers of Riverside, l’architecte a siégé à partir de 1996 à la chambre des Lords, la chambre haute du Parlement britannique, dans les rangs travaillistes.

Konbini arts avec AFP

À voir aussi sur arts :