© Museum of Fear and Wonder

Sur Twitter, des musées partagent les objets les plus flippants de leurs collections

Des institutions du monde entier ont joué au jeu du #CuratorBattle et il faut reconnaître que c'est effrayant.

Contraints de garder leurs portes closes à cause de la pandémie, de nombreux musées vous proposent de découvrir leurs collections grâce à des visites virtuelles. Pour pimenter un peu vos découvertes, certains d’entre eux ont décidé de vous présenter leurs pièces les plus flippantes, directement sur Twitter grâce aux hashtags #CreepiestObject et #CuratorBattle.

Ainsi, des dizaines de musées à travers le monde ont partagé leur objet le plus effrayant, en réponse à l’appel lancé par le York Museum. L’établissement anglais avait ouvert le bal il y a quelques semaines, avec un post Twitter présentant un chignon de cheveux humains, qui avait autrefois couronné la tête d’une femme romaine au IIIe ou IVe siècle. Charmant, non ?

Publicité

Voici un florilège des meilleures (ou pires…) publications autour de ce challenge. Commençons par le Deutsches Historisches Museum de Berlin, qui a répondu présent en publiant l’image d’un masque de médecin de la peste.

© Deutsches Historisches Museum

Publicité

La cinémathèque française a rejoint le défi #CreepiestObject avec une pièce emblématique de ses collections : la tête de madame Bates dans Psychose, d’Alfred Hitchcock.

© La Cinémathèque française

En Islande, on a découvert le nábrók du musée de la sorcellerie d’Hólmavík, un pantalon de sorcier fabriqué en… véritable peau d’homme.

Publicité

© Musée de la sorcellerie à Hólmavík, Islande

L’Asian Art Museum de San Francisco, quant à lui, a partagé ce petit netsuke : un objet vestimentaire traditionnel japonais servant à maintenir les vêtements. Il avait été utilisé dans le Japon du XIXe siècle pour fixer une petite boîte à la ceinture d’un kimono. "Parfait pour une ambiance punk rock", a souligné le musée.

© Asian Art Museum

Publicité

Le musée d’Andy Warhol a posté cette petite boîte envoyée au pape du pop art par l’un de ses fans en 1977. Accompagnée d’une lettre, elle contenait des coupures d’ongles, du papier et des abeilles mortes… Sympathique comme cadeau !

© The Andy Warhol Museum

© Blaise Museum

© British Museum

© Egham Museum

© Museum of Fear and Wonder

© Natural Sciences NMS

© Toy Museum of Penshurst Place

© PEI Museum

© Norwich Castle

© NAM London

Pour encore plus de frissons, vous pouvez retrouver tous ces objets improbables (et très flippants) grâce aux hashtags #CreepiestObject et #CuratorBattle sur Twitter.

Par Pénélope Meyzenc, publié le 11/05/2020