AccueilArt contemporain

Un musée berlinois va restituer des restes de corps d'Aborigènes à l'Australie

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Torsten Blackwood/AFP

"Le retour de ces restes ancestraux est une obligation solennelle."

Un musée berlinois a annoncé en septembre dernier vouloir restituer des restes ancestraux d’Aborigènes à l’Australie, au moment où plusieurs institutions sont confrontées à des appels à une réévaluation critique de leurs collections. Le musée ethnologique de la capitale allemande compte ainsi rendre les corps momifiés de deux enfants, ainsi que des os humains dans un cercueil en bois, dans le cadre des engagements sur le traitement des restes humains.

"Le retour de ces restes ancestraux est une obligation solennelle. Nous sommes heureux de pouvoir faire ce pas vers le redressement de l’injustice historique qui les a amenés à Berlin", a déclaré Lars-Christian Koch, directeur du musée, dans un communiqué. Cette décision fait suite au renvoi de la part du même musée la semaine dernière en Nouvelle-Zélande des têtes momifiées de deux hommes maoris tatoués.

Les éléments aborigènes se trouvaient dans les collections de cet établissement culturel depuis 1880, à une époque où les restes de populations aborigènes australiennes étaient parfois prélevés, voire déterrés et emmenés dans des universités et des collections en Australie, mais aussi dans le monde entier. Cette décision de l’institution berlinoise s’inscrit dans un mouvement de fond, alors que musées européens et américains sont confrontés aux problèmes éthiques que posent la conservation et l’exposition d’objets pillés ou enlevés sans autorisation.

Les appels au rapatriement des marbres du Parthénon (ou d’Elgin) du British Museum vers la Grèce ou encore du buste de Néfertiti du Neues Museum de Berlin vers l’Égypte se sont multipliés ces dernières années. En février, le gouvernement australien avait d’ailleurs demandé le rapatriement de ces restes aborigènes de Berlin. Depuis 2011, l’Australie encourage une politique qui soutient les communautés aborigènes dans la récupération et le retour de leurs restes ancestraux depuis l’étranger.

En avril 2019, l’Allemagne avait déjà remis les restes d’un roi aborigène qui se trouvaient dans un musée de Munich depuis 1889. La population aborigène, qui occupait l’Australie depuis 50 000 ans, a été dépossédée de ses terres par l’arrivée de colons il y a deux siècles.

Konbini arts avec AFP.

À voir aussi sur arts :