AccueilArt contemporain

Un touriste prend un selfie sur une sculpture classique et lui casse deux orteils

Publié le

par Lisa Drian

© Musée Gypsothèque Antonio Canova

Il a pris la fuite, sans signaler l'incident.

Ce touriste autrichien se souviendra de ce selfie toute sa vie. La statue de Paolina Bonaparte – épouse du prince Camille Borghèse et sœur de Napoléon Bonaparte –, du sculpteur et peintre vénitien Antonio Canova était intacte depuis 1804… Jusqu’au 31 juillet dernier.

L’œuvre est conservée à la Galleria Borghese, à Rome, au musée Gypsothèque Antonio Canova, mais récemment, elle a perdu deux orteils. La raison ? Un touriste autrichien s’est assis dessus pour prendre un selfie. Paolina Bonaparte a servi de modèle à la Vénus Victrix, qui est l’une des sculptures majeures de l’artiste.

© Musée Gypsothèque Antonio Canova/Facebook

La statue endommagée était le modèle original, en plâtre. Le touriste, "s’est assis sur la sculpture de Paolina Bonaparte… puis a quitté le musée à la hâte sans signaler l’incident", selon des responsables. Les gardiens ont découvert les dégâts "quelques minutes plus tard et ont sonné l’alarme", rappelle The Art Newspaper.

Le touriste n’aurait cependant pas dû avoir accès à la statue, les visiteur·se·s ne peuvent habituellement pas s’en approcher de si près. Un problème de sécurité semble être la piste privilégiée, d’après ce commentaire Facebook : "Comment pouvez-vous vous asseoir sur une sculpture ? Nous devons renforcer la sécurité… Vous ne pouvez pas vous en approcher."

Capture d’écran du post Facebook traduit du musée Gypsothèque Antonio Canova.

Vittorio Sgarbi, le président de la fondation Antonio Canova, qui supervise le musée, a déclaré au journal italien Il Fatto Quotidiano que l’auteur de "l’épouvantable épisode n’est pas Italien… mais un touriste autrichien". "J’ai demandé à la police d’identifier le vandale inconnu sur les systèmes de sécurité [comme la vidéosurveillance], afin que [la personne] ne puisse pas rentrer chez elle."

L’incident a suscité d’importantes réactions et indignations sur les réseaux sociaux.

À voir aussi sur arts :