AccueilArt contemporain

Une exposition immersive vous plonge dans des paysages naturels à l’autre bout du monde

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Christopher Campbell/Unsplash

S’infiltrer sous terre avec les taupes, voler parmi les flamants roses au Kenya, voir comme une chauve-souris…

"L’Odyssée sensorielle" invite à prendre une bouffée de nature en images, sons et odeurs, pour éveiller les sens à la beauté et la fragilité des écosystèmes. Jusqu’au 4 juillet 2022, la Grande galerie de l’évolution du Muséum national d’histoire naturelle à Paris propose une plongée dans huit milieux naturels.

Pour préparer l’exposition, des scientifiques du musée ont accompagné des équipes de tournage du studio Sensory Odyssey pour filmer des flamants roses nains sur le lac Magadi au Kenya, enregistrer la vie nocturne autour d’un point d’eau dans la savane kényane, descendre le long des arbres en Guyane, suivre les insectes d’une prairie en Aveyron, découvrir l’océan à Mayotte, et les paysages du Groenland.

Le public commence son voyage par l’envol des flamants roses, avant de se retrouver au bord du point d’eau dans la savane, dans le noir, entouré des bruits de babouins, buffles et fauves venus s’abreuver. Place ensuite à la forêt tropicale, parcourue de haut en bas dans l’épaisseur de la végétation.

D’autres équipes ont reproduit l’écholocalisation qu’utilisent les chauves-souris pour se déplacer, donnant à voir ce sens dont nous sommes dépourvu·e·s. Elles ont aussi reconstitué une coupe du sol et la vie sous terre, grouillante de champignons, fourmis, acariens, taupes…

À hauteur d’insectes

Puis le public est immergé dans une prairie, à hauteur d’insectes, dans une odeur d’herbe mouillée, avant de changer complètement de décor, avec un récif corallien rempli de poissons. Dans chaque ambiance, les sens sont sollicités grâce à des images en haute définition, les sons et la reproduction d’odeurs, comme l’humus ou les fleurs. L’effet est globalement réussi.

"Le pari est de donner une expérience plus intuitive de ces écosystèmes, parce qu’ils sont loin de nous", pour des raisons géographiques ou d’échelle, explique Marc-André Selosse, professeur au MNHN. "Le choix a été fait de ne pas perturber cette expérience par des explications", qui sont apportées dans une salle finale, poursuit le scientifique.

Appelée "retour d’exploration", elle présente les différents milieux visités, leur faune et flore, et propose plusieurs expériences pour découvrir d’autres sens, "se questionner sur notre perception du monde", selon le dossier de presse. Aude Lalis, enseignante-chercheuse du Muséum, a accompagné le tournage au Groenland, où elle étudie habituellement les renards arctiques.

"J’ai voulu faire ressentir au grand public les émotions que j’ai eues sur mon terrain de recherche, et de le sensibiliser à cet environnement fragile", raconte-t-elle à l’AFP. Son rôle, "en collaboration avec les guides locaux inuits, a été de trouver les endroits où filmer un glacier, des renards ou des baleines à bosse", poursuit la chercheuse.

Elle espère "faire ressentir des émotions aux gens pour qu’ils se sentent plus impliqués" dans la protection de leur environnement, mis à mal par les activités humaines.

"L’Odyssée sensorielle", une expérience à vivre jusqu’au 4 juillet 2022, à la Grande galerie de l’évolution du Muséum d’histoire naturelle (Paris).

Avec AFP.

À voir aussi sur arts :