AccueilArt contemporain

Une exposition inspirée des films La Haine et Les Misérables débarque au Palais de Tokyo

Publié le

par Louise Leboyer

Une initiative de Ladj Ly et JR pour un projet pluridisciplinaire autour des deux films.

"Jusqu’ici tout va bien" est devenue l’une des répliques les plus cultes du film La Haine – si ce n’est du cinéma français. C’est donc naturellement le nom que porte l’exposition du Palais de Tokyo, inspirée du film de Mathieu Kassovitz, sorti en 1995. Du 29 août au 7 septembre 2020, le Palais de Tokyo accueillera le projet sous forme de workshop, où une trentaine d’élèves de l’école Kourtrajmé auront l’opportunité de créer une exposition capsule pluridisciplinaire.

Entre La Haine et Les Misérables, 25 ans se sont écoulés. Les deux films césarisés étaient dotés d’une même intention : apporter un nouveau regard sur le paysage social des banlieues et les violences policières. Et ce sont justement les liens entre ces deux époques et ces deux générations engagées qui seront exploités dans ce projet.

Hugo Vitrani, commissaire de l’exposition, a confié à Tsugi l’objectif qu’auront les étudiants : "L’idée, c’est qu’ils répondent à la question : qu’est-ce qui leur fout la haine aujourd’hui ? Le but n’est pas qu’ils illustrent les films, mais qu’ils partent des constats et des sujets qui y sont évoqués pour créer des œuvres."

Un ensemble d’œuvres qui impliquera toutes les sections de l’école pour créer un projet unique et multiformats.

"Directement inspirées de scènes de ces films ou de situations vécues ou subies au quotidien, les œuvres produites se déploient à travers des sculptures, des installations, des courts-métrages ou des performances qui seront complétés par des interventions musicales, des débats réunissant des acteurs, artistes, musiciens, chercheurs, sociologues, militants… Le Palais de Tokyo se fera alors caisse de résonance de la parole de l’école Kourtrajmé."

L’école Kourtrajmé, projet monté par Ladj Ly en 2018 et soutenu par le collectif du même nom créé par Romain Gavras, Kim Chapiron et Toumani Sangaré en 1994, veut offrir une formation gratuite et sans condition de diplôme aux métiers du cinéma.

Rejoints récemment par Ludivine Sagnier pour le pôle de formation des acteurs, Kim Chapiron et Ladj Ly continuent d’étendre l’initiative : une nouvelle école ouvre à Marseille à la rentrée et une autre à Dakar en janvier prochain.

L’exposition ouvrira ses portes le 29 août 2020 et permettra de patienter en attendant le prochain film de la trilogie promise par Ladj Ly, dont Les Misérables était le premier volet.

À voir aussi sur arts :