AccueilInstagram

Donald et Ivanka Trump choquent en promouvant une marque sur Instagram

Publié le

par Lise Lanot

© @realdonaldtrump

Après avoir reçu le soutien du PDG de la marque Goya, les Trump ont fait la publicité de ses produits sur leur compte Instagram.

On pourrait croire à une parodie du M. Burns des Simpsons. Sur son compte Instagram, Donald Trump a publié une photo sur laquelle il pose derrière son bureau massif de la Maison Blanche. Les deux pouces levés, le sourire jusqu’aux oreilles, il présente une ligne de cinq produits (boîtes de conserve, paquets de gâteaux au chocolat et de haricots secs et tube de sauce adobo) de la marque Goya.

Le groupe alimentaire propose depuis 1936 des produits hispaniques et connaît un grand succès aux États-Unis, au Porto Rico, en République dominicaine et en Espagne. Pour la cheffe américano-mexicaine Yvette Marquez-Sharpnack, c’est même "la marque hispanique la plus reconnue aux États-Unis", rapporte CNN.

La veille, Ivanka Trump publiait également une image d’elle mettant en avant une boîte de conserve de la même marque, dans une position digne d’un téléachat matinal. En légende, elle ajoutait, en anglais et en espagnol, le slogan de la marque : "Si c’est Goya, c’est que c’est bon."

Cet engouement de la famille Trump pour la marque survient après les déclarations du PDG de Goya, Robert Unanue, qui a largement complimenté le président américain le jeudi 9 juillet. Ce dernier se rendait à la Maison-Blanche pour annoncer le don de deux millions de produits aux banques alimentaires américaines :

"On est tous vraiment bénis… d’avoir un dirigeant comme le président Trump qui est un bâtisseur. Il ressemble à mon grand-père [qui] est venu dans ce pays pour construire, pour développer, pour prospérer. Nous avons un bâtisseur incroyable et nous prions. Nous prions pour cette façon de gouverner, pour notre président", a affirmé Robert Unanue.

Ces déclarations ont entraîné un appel au boycott de la part d’une partie de la clientèle de Goya, dont la majorité est hispanique. Malgré la popularité de la marque, le mouvement a pris de l’ampleur grâce aux hashtags #Goyaway (jeu de mots entre "Go away" ["va-t’en"], et "Goya") et #BoycottGoya.

La représentante au Congrès démocrate Alexandria Ocasio-Cortez a annoncé participer à ce boycott en tweetant qu’elle allait désormais "chercher comment faire son propre adobo". Pour certain·e·s, cette publicité éhontée est une façon pour Donald Trump de détourner l’attention du mouvement Black Lives Matter et des chiffres de contamination du Covid-19.

Une action illégale ?

Les Trump ont annoncé vouloir apporter leur soutien à la marque et contrer son boycott. Cependant, "les règles éthiques de la branche exécutive stipulent qu’on ne peut utiliser son poste public pour promouvoir une entreprise privée" précise Noah Bookbinder, le directeur du Citizens for Responsibility and Ethics in Washington, un observatoire citoyen qui vise à contrôler les abus de pouvoir du gouvernement.

À cause de son rôle de conseillère présidentielle, Ivanka Trump est tenue à respecter les lois s’appliquant aux employé·e·s fédéraux·les et serait donc potentiellement en infraction. "En tant que président", précise le Guardian, "Trump est exempté de nombre de [ces] règles."

Une porte-parole de la Maison-Blanche, Carolina Hurley, a protégé la famille en affirmant qu’Ivanka Trump montrait son soutien personnel à une entreprise "injustement moquée, boycottée et tournée en ridicule pour avoir soutenu l’administration [de Trump], qui se bat et agit sans relâche en faveur de la communauté hispanique". 

À quelques mois des élections présidentielles américaines, Donald Trump tente de s’assurer les votes de cette communauté malgré sa décision de construire un mur à la frontière américano-mexicaine et la brutalité de sa politique migratoire.

À voir aussi sur arts :