AccueilInstagram

Instagram n’est plus "une appli de partage de photos", affirme son PDG

Publié le

par Lise Lanot

© Dominik Dancs/Unsplash

Une décision qui fait blêmir photographes et passionnés d’images.

Face à la puissance tentaculaire de TikTok, les équipes d’Instagram sentent que la génération Z pourrait bien se détourner de leurs lumières. Pas vraiment partant pour subir le même sort que la maison mère Facebook – et sa communauté vieillissante –, le PDG d’Instagram, Adam Mosseri, a annoncé un souffle de changement via une vidéo tournée depuis l’intimité de sa maison.

Filmée de façon minimaliste, la vidéo semble vouloir miser sur des idées de transparence et de proximité avec les utilisateur·rice·s. Adam Mosseri y indique vouloir "donner une idée de ce qui arrive avant que ça n’arrive" aux internautes. En moins de 2 minutes 30, il traite du pouvoir grandissant des créateur·rice·s de contenu (qu’il veut aider à "gagner leur vie"), de l’achat en ligne (exacerbé depuis les débuts de la pandémie), ainsi que des messages privés – arguant que "la façon dont les gens communiquent a beaucoup changé".

Au cours de sa prise de parole, le directeur d’Instagram insiste sur un point en particulier : la vidéo. La production vidéo "stimule énormément de croissance en ligne pour les plateformes en ligne en ce moment", déclare-t-il, citant les géants TikTok et YouTube, ainsi que "tous les autres nouveaux arrivants".

Face à cette "compétition sévère", Adam Mosseri annonce de nombreux "changements" à venir afin d’offrir toujours plus de divertissement aux internautes : "Ce que recherche notre public en priorité", note-t-il. Pour lui, cela doit passer par toujours plus de productions vidéo : "Nous ne sommes plus une appli de partage de photos ou une appli de partage de photos carrées", martèle-t-il ainsi, annonçant une vague de "vidéos en plein écran, immersives, divertissantes, créées pour l’expérience mobile".

© Instagram

D’ici les deux prochains mois, explique-t-il, ses équipes imagineront également davantage d'"expérimentations dans les recommandations". "C’est-à-dire, vous montrer des choses que vous ne suivez pas encore forcément dans votre fil" avec, toujours selon les dires du directeur, la possibilité de choisir de voir plus ou moins d’un sujet en particulier.

Ce changement progressif (qui ne se fait pas "en une nuit") n’a pas l’air de ravir les utilisateur·rice·s, qui déplorent depuis un moment déjà l’absence de l’algorithme chronologique de même que la présence de contenus inconnus dans leur feed. Nombre d’internautes déplorent ce chemin pris vers une copie de TikTok et YouTube et imaginent le pire, notamment pour les photographes. Ces décisions pourraient effectivement faire fléchir leur visibilité sur une plateforme qui leur permettait jusque-là de mettre en avant leur travail auprès du plus grand nombre.

À voir aussi sur arts :