AccueilInstagram

La dernière campagne Valentino fait face à une rafale de haine transphobe et homophobe

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Michael Bailey-Gates/Valentino

La photo montre un homme nu portant un sac à main. Sur Instagram, le post a été noyé de commentaires transphobes et homophobes.

En révélant sa dernière campagne sur son compte Instagram, Valentino n’avait pas anticipé la vague de haine que celle-ci entraînerait parmi ses 10 000 commentaires. Des émojis "vomi", des personnes choquées, sous l’image d’un autoportrait nu du photographe Michael Bailey-Gates tenant un sac à main. "C’est contre nature", "ça empoisonne les enfants", "vous ne respectez pas les femmes", peut-on difficilement lire.

Connu pour ses portraits militants qui prônent l’inclusivité, Bailey-Gates est un photographe gay qui place son engagement envers la communauté LGBTQIA+ au cœur de son travail. Son autoportrait a tellement fait réagir que le directeur artistique de la maison de couture italienne, Pierpaolo Piccioli, a dû prendre la parole pour répondre directement :

"Michael. Après la publication de cette photo sur Maison Valentino, beaucoup de personnes ont réagi avec des commentaires haineux et agressifs. Mon travail est de délivrer ma vision de la beauté en accord avec l’époque dans laquelle nous vivons – et la beauté ainsi que ce que nous considérons comme étant beau sont le reflet de nos propres valeurs.

Nous sommes témoins d’un énorme bouleversement dans l’histoire de l’humanité, les mouvements de conscience mènent tous à la même idée : l’évolution est possible si l’égalité est possible, si l’inclusivité est possible, si les droits humains sont défendus et si la liberté d’expression est protégée et nourrie. La haine n’est pas une expression, la haine est une réaction à la peur et la peur peut facilement se transformer en violence, ce qui peut mener soit à un commentaire, soit à une agression envers deux hommes qui s’embrassent dans le métro.

Nous condamnons toutes les formes de violence, de haine, de discrimination et de racisme, et je suis fier d’utiliser ma voix et mon travail pour le faire, aujourd’hui comme demain. Cette photo est l’autoportrait d’un beau jeune homme et le diable est dans les yeux de celui qui regarde, pas dans son corps nu. Le changement est possible, personne n’a jamais dit que cela serait facile mais je suis prêt à faire face aux difficultés, au nom de la liberté, de l’amour, de la tolérance et de l’évolution."

De son côté, le photographe et modèle a remercié le soutien d’allié·e·s et de la communauté autour de cette image, et a demandé qu’on porte autant d’attention aux "projets de loi terribles qui accablent la jeunesse transgenre et qui sont, en ce moment, proposés et votés aux États-Unis", invitant les gens à donner à l’association Trans Justice Funding Project.

À voir aussi sur arts :