AccueilInstagram

Le phénomène de "That Girl", ou l’injonction au bien-être

Publié le

par Lisa Coll

Une esthétique et un mode de vie "positif" devenus viraux sur les réseaux sociaux.

Le phénomène de "That Girl", ou l’injonction au bien-être

© Laura Chouette/Unsplash

Qui n’a pas déjà rêvé de devenir "That Girl" ? Mais si, vous savez, cette fille qui fait le miracle morning tous les jours, qui fait une séance de sport de 45 minutes avant de se faire des avocado toasts au petit dej', le tout accompagné d’un thé détox et d’un masque à l’argile pure.

Cet art de vivre quasiment parfait est devenu très populaire sur les réseaux sociaux depuis l’été 2021. Le hashtag #ThatGirl comptabilise à ce jour près de 3 milliards de vues à travers le monde sur TikTok. De plus en plus de jeunes femmes se mettent à adopter cette esthétique, y compris des influenceuses très suivies.

Les "That Girls" sont très similaires : elles sont quasiment toujours très riches, très fines et très blanches. Ce phénomène issu des réseaux sociaux se situe dans la même lignée que le body-positivisme, c’est-à-dire un concept bienveillant à la base, censé être inspirant, qui, s’il est prôné à l’excès, peut devenir toxique. Dans le cas de la "That Girl", on peut ressentir de la culpabilité à ne pas être aussi productif·ve qu’elle ou à ne pas s’accepter tel qu’on est.

Une injonction au bien-être

La tendance de la "That Girl" se veut source de motivation et de développement personnel. Évidemment, la "That Girl" n’intègre pas le concept de flemme, de grosse envie de fast-food ou encore de tentation d’aller boire une pinte avec ses potes. Ces jeunes femmes semblent passer leur journée tout entière à prendre soin d’elles, alors que du temps pour elles, toutes les personnes lambdas en manquent. C’est donc lorsqu’elle est poussée à l’extrême et sans prise de recul que cette tendance devient toxique.

Il ne faut pas non plus perdre de vue que la "That Girl" ne vit pas réellement ce qu’elle montre tous les jours. Certains éléments de leur routine sont parfois sponsorisés ou mis en scène, ce qui peut nuire à leur objectivité. Qu’on se le dise, le jus détox, c’est marrant une fois pour goûter, mais ce n’est franchement pas bon !

Ce qui reste problématique est qu’aucun élément qui forme "That Girl" pris indépendamment n’est mauvais en soi. C’est une bonne chose d’avoir un rythme de sommeil régulier, de manger sainement et d’avoir une activité physique, mais ce qui est mieux, c’est de s’écouter et de faire ce que l’on veut. Si vous arrivez à être "That Girl", tant mieux. Dans le cas contraire, il vous suffit d’être vous. 

À voir aussi sur arts :