AccueilInstagram

Sur TikTok, des utilisateurs se font passer pour des victimes de l'Holocauste

Publié le

par Benjamin Bruel

© TikTok

Des tiktokeurs se sont mis en scène pour mimer la Shoah, se dessinant des ecchymoses sur le visage ou portant une étoile jaune.

Connaissez-vous le genre du "POV" (point of view) sur TikTok ? Si vous êtes amateur·rice de l’application, vous en avez forcément vu passer. Une personne plante le décor, à grand renfort de musique dramatique et se met en scène comme si elle était véritablement en train de vivre l’action montrée.

Récemment, de jeunes utilisateur·rice·s de l’application se sont emparé·e·s de ce genre pour se mettre dans la peau de victimes de l’Holocauste. Dans ces vidéos, les personnes utilisent du maquillage pour se dessiner des ecchymoses, du sang ou des lèvres gonflées.

@charliedameiiofanpage

##greenscreen ##fyp ##jewish ##holocaust ##jew ##pov ##jewishtiktok

♬ 아무노래(Any song) - 지코 (ZICO)

Certain·e·s utilisent une image de fond représentant Auschwitz, tandis que d’autres se mettent en scène au paradis, accueillant les victimes de la Shoah. On retrouve même le port d’une étoile jaune sur un TikTok, symbole utilisé dans la France et l’Allemagne nazies pour reconnaître les Juif·ve·s parmi le reste de la population.

Difficile d’élucider l’origine et les réelles motivations de ce concept douteux. Des internautes y voient une manière "d’éduquer", tandis que d’autres jugent la tendance "indécente". Une jeune femme de 17 ans, originaire du New Jersey, aux États-Unis, explique à Insider avoir fait des TikTok de ce genre parce qu’elle considérait qu’il était "important de partager ces histoires". C’est également le point de vue d’une jeune femme de 15 ans, qui affirme à Wired qu’elle voulait "sensibiliser" sur l’histoire de la Shoah.

Compliqué, pourtant, d’expliquer avec la nuance et les détails nécessaires la complexité d’une telle histoire. Les critiques soulignent notamment la facilité, pour les jeunes utilisateurs·rice·s, de s’embarquer dans une course à la vue en tablant sur la popularité du trauma porn, la fascination pour le gore et la tristesse.

Depuis le début de la semaine, la médiatisation commence à créer un effet inverse : sur le hashtag #Holocaust (16,9 millions de vues), mais aussi sur #Heaven (870 millions de vues) ou #POV (120 milliards de vues), on retrouve plus de TikTok critiquant cette "mode" que l’inverse.

Plusieurs comptes de jeunes tiktokeur·se·s impliqué·e·s sont passés en mode privé ou ont été fermés. Une jeune créatrice, dont le TikTok sur l’Holocauste avait été partagé sur Twitter, a exprimé ses regrets sur la plateforme, confessant avoir fait une "énorme erreur". La plateforme TikTok n’a pas encore réagi à la polémique.

@kayley_yy

I’m very sorry

♬ original sound - animxrce

À voir aussi sur arts :