© Edward Hopper

Connue comme épouse et muse d'Edward Hopper, la peintre Jo Nivison accède enfin au succès

Elle habite l'œuvre de son mari, pourtant Jo Nivison était plus célèbre que lui à leur rencontre. Retour sur une artiste oubliée.

En 1923, à 40 ans, Josephine "Jo" Nivison est une artiste en vogue. Des galeries new-yorkaises de renom exposent régulièrement son travail au côté d’œuvres signées Man Ray, Pablo Picasso ou Amedeo Modigliani, tel que le rapporte le New York Post. La même année, elle commence à fréquenter un artiste qui peine à avoir autant de succès qu’elle : Edward Hopper.

Convaincue du potentiel de son compagnon, qui dépérissait en tant qu’illustrateur commercial, Josephine Nivison convainc des galeristes d’intégrer ses tableaux à une exposition qui lui était originellement consacrée. C’est elle également qui insiste auprès de celui qui deviendra son mari en 1924 pour qu’il se mette à l’aquarelle.

Publicité

Edward Hopper et Josephine "Jo" Nivison.

Peu à peu, l’équilibre s’inverse : on s’arrache les toiles d’Edward Hopper, tandis que celles de son épouse sont reléguées à l’arrière-plan. La carrière de Jo se trouve davantage mise entre parenthèses lorsqu’elle prend le rôle d’imprésario du travail de son mari. Ce n’est qu’un peu avant sa mort que Hopper semble mettre à l’honneur l’importance qu’a eue son épouse dans sa carrière. Son œuvre d’adieu, Two Comedians les représente tous deux, lui devant, elle derrière, saluant un public invisible.

Artiste, muse et directrice artistique

Jo joue le rôle d’intermédiaire avec la presse (lui, refuse de se prêter au jeu), gère les ventes de ses toiles, trouve le titre de ses œuvres (c’est le cas de Nighthawks), imagine de nouveaux décors, de nouveaux personnages et surtout, elle pose pour lui. Les rumeurs vont bon train.

Publicité

"Two Comedians", 1965. (© Edward Hopper)

Pour certain·e·s, Jo était trop jalouse pour laisser d’autres femmes poser pour Edward ; pour d’autres, c’est Edward qui était bien trop grippe-sous pour payer des modèles. Quoi qu’il en soit, c’est bien elle qui habite l’œuvre du peintre. On raconte que les séances n’étaient pas de tout repos :

"Une fois, elle s’est brûlée en posant nue, sa jambe sur le four, tandis que Hopper peignait son 'Girlie Show' burlesque. À 70 ans, Edward la réveillait à l’aube pour qu’elle se tienne, déshabillée, au milieu de leur appartement froid, afin qu’il réalise son chef-d’œuvre, 'A Woman in the Sun'", relate le New York Post.

Publicité

"A Woman in the Sun", 1961. (© Edward Hopper)

En plus de s’inspirer de son physique, le peintre lui "emprunte les couleurs et sujets de travail", rapporte Barnebys. Josephine, quant à elle, "copie le style de Hopper et perd totalement son identité artistique". Il lui interdit de conduire, "si bien que les deux artistes se retrouv[ent] souvent à peindre les mêmes choses".

Leur vie de couple est chaotique. Dans son journal et dans ses correspondances (largement reproduites dans une biographie signée Gail Levin, Edward Hopper: An Intimate Biography), Jo déplore la façon dont la "supériorité crâneuse" de son époux l’a peu à peu poussée à délaisser son travail (qu’il qualifie de "petit talent plaisant") et raconte comme les deux amants se disputaient, allant jusqu’à se violenter physiquement.

Publicité

"Autoportrait", non daté. (© Josephine Nivison)

Une reconnaissance à retardement

En 1967, Edward Hopper décède. L’année suivante, Josephine Nivison meurt à son tour et lègue le travail de son mari, ainsi que le sien, au prestigieux Whitney Museum. En 1971, le New York Times relie son geste au fait qu’elle était "convaincue de la valeur de son travail", un travail pourtant jugé "mineur" par le journaliste. La même année, le critique d’art américain Brian O’Doherty lui donne davantage de crédit. Il écrit que Jo "devrait recevoir une attention considérable dans les études à venir sur le travail de Hopper" et qu’elle était "une femme au talent authentique, mais frustré, extrêmement cultivée".

Plus de cinquante ans plus tard, l’heure de gloire de Josephine Nivison arrive enfin. Le Provincetown Art Association and Museum a acquis plusieurs de ses œuvres, tandis que le Whitney a également récupéré l’une de ses toiles, Obituary – et il semblerait que cela ne représente que le commencement de cette reconnaissance tardive.

"Obituary", non daté. (© Josephine Nivison)

"Railroad Gates, Gloucester", 1928. (© Josephine Nivison)

Par Lise Lanot, publié le 20/04/2020