AccueilPeinture

Des peintures de Frida Kahlo et de Pierre Soulages battent des records aux enchères

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Frida Kahlo

Deux tableaux rares sont partis pour des dizaines de millions de dollars chacun.

Des tableaux rares de la Mexicaine Frida Kahlo et du Français Pierre Soulages ont battu les records de ces artistes aux enchères chez Sotheby’s à New York, où ils ont été vendus 34,9 millions et 20,2 millions de dollars.

Comme prévu, l’autoportrait de la légendaire peintre mexicaine, Diego y yo (1949), l’un de ceux où apparaît le visage de son époux Diego Rivera sur son front, a pulvérisé l’ancien record de Frida Kahlo (8 millions de dollars en 2016). Sotheby’s a annoncé qu’il avait été acquis par la collection Eduardo F. Costantini, du nom du chef d’entreprise et collectionneur argentin, fondateur du musée des arts latino-américains (Malba) de Buenos Aires.

Diego y yo devient aussi l’œuvre d’art latino-américaine la plus chère de l’histoire vendue aux enchères, le précédent record appartenant à un tableau de… Diego Rivera, Los Rivales (1931), vendu 9,76 millions de dollars par Christie’s en 2018.

L’huile sur masonite est emblématique des autoportraits au regard intense et énigmatique qui ont fait la célébrité dans le monde entier de la peintre mexicaine, décédée en 1954 à l’âge de 47 ans. Sur celui-là, le visage de Diego Rivera apparaît sur le front de Frida, au-dessus de ses yeux noirs et larmoyants. Diego Rivera, qui s’était à l’époque rapproché de l’actrice mexicaine María Félix, est représenté avec un troisième œil, signe des tourments qu’il cause à son épouse.

En rouge et noir

Le tableau de Pierre Soulages, qui avait passé plus de trente ans dans une collection privée, correspond à la période rouge de l’artiste français centenaire, devenu célèbre pour son excellence dans la maîtrise du noir. Peints le 4 août 1961, ses effets de matière ont été obtenus grâce à la technique du raclage, qui permet de révéler les teintes rouges sous le noir, explique Sotheby’s.

Estimé entre 8 et 12 millions de dollars, il a été vendu à 20,2 millions de dollars après une bataille haletante entre plusieurs acquéreur·se·s dans la salle d’enchères et au téléphone. Il dépasse largement le précédent record, atteint en 2019 (9,6 millions d’euros à Paris).

L’un des autres temps forts de la soirée a été la vente d’un tableau de l’impressionniste Claude Monet, Coin du bassin aux nymphéas (1918), pour 50,8 millions de dollars, loin toutefois de son record de 110,7 millions de dollars en 2019, toujours à New York.

Une belle remontée pour les maisons de ventes

Après plusieurs saisons en demi-teinte à cause de la pandémie, les résultats des ventes d’automne 2021 de New York s’annoncent positifs, les maisons d’enchères assurant avoir retrouvé une offre suffisante pour satisfaire la demande restée vigoureuse.

Lundi, Sotheby’s avait battu son record historique pour une seule soirée d’enchères, en écoulant, pour 676 millions de dollars, 35 œuvres de la très réputée collection d’art moderne et contemporain Macklowe.

De son côté, Christie’s a annoncé avoir réalisé pour 1,1 milliard de dollars la semaine dernière, contre 691 millions pour ces ventes de printemps et 683 millions pour celles de l’automne 2019, avant la pandémie.

Avec AFP.

À voir aussi sur arts :