AccueilPeinture

En douceur, Johanna Burai dessine des célébrités fantasmées et décalées

Publié le

par Pauline Allione

Sous ses crayons, la dessinatrice suédoise brouille les codes d’une pop culture trop souvent méprisée.

En douceur, Johanna Burai dessine des célébrités fantasmées et décalées

© Johanna Burai

Kanye West, Jennifer Lopez, Travis Scott, Katy Perry… Les illustrations de Johanna Burai tournent indubitablement autour du star-system. Mais pas n’importe quel star-system : dans son univers aux couleurs pastel, celle qui cumule les casquettes de graphiste et directrice artistique imagine des personnalités rompues aux apparitions médiatiques dans des situations qui oscillent entre le comique, l’absurde et le banal.

Selon Johanna Burai, ses dessins se rapprochent avant tout du fan art : "Je dessine simplement des célébrités que je trouve fascinantes. Je suis fan de beaucoup de gens et j’aime les gens qui n’ont pas peur d’être eux-mêmes et de faire les choses différemment", avance-t-elle, assumant pleinement l’étiquette de fan girl et ses obsessions.

"Look Mom I Can Fly". (© Johanna Burai)

Presse people et second degré

Sous ses crayons, Katy Perry fait des oreilles de lapin à Frank Ocean, Kanye West s’occupe des cheveux de Ronaldo, Jennifer Lopez porte gaiement Drake sur ses épaules, le couple Obama tape l’incruste dans Le Cri de Munch, 2Pac et Notorious B.I.G prennent la pose face à une perche à selfie…

Partant des histoires qui font couler l’encre de tabloïds états-uniens comme TMZ ou encore de paroles de chansons, la Suédoise remanie l’actualité de la presse people – mais pas que. L’artiste puise également son inspiration du côté des grands noms du courant conceptuel, à l’instar de John Baldessari, Jenny Holzer et Lawrence Weiner, ou encore des peintres comme Jordan Casteel et Kerry James Marshall.

"All Eyes On Us". (© Johanna Burai)

Dans l’Hexagone, son travail s’apparente d’ailleurs aux tableaux de Leopoldine Siaud, qui s’inspire parfois de peintures célèbres pour mettre en scène la famille Kardashian (et le couple Kim-Kanye, RIP), détournant les codes artistiques traditionnels pour élever une pop culture trop souvent méprisée.

Le dessin, qui n’est donc pas l’activité principale de Johanna Burai, est aussi pour elle un moment d’apaisement, une forme d’exutoire. "J’étais une enfant très agitée, et le dessin me permettait d’être détendue. Je pouvais m’asseoir pendant des heures, et créer des histoires et différents mondes avec quelques stylos et du papier." Son apaisement se ressent aussi dans son univers enfantin, qui se veut doux et familier. Dans son star-system fantasmé, le sourire et les good vibes sont la plupart du temps au rendez-vous.

"Waiting For Tonight". (© Johanna Burai)

"Baduizm". (© Johanna Burai)

"Look Up, Look Out". (© Johanna Burai)

"W(h)it(e)ness - Wear A Different Culture Every Season". (© Johanna Burai)

"The Scream". (© Johanna Burai)

"Real Friends". (© Johanna Burai)

"Paint The Perfect Picture". (© Johanna Burai)

"The World Needs The Diplomats". (© Johanna Burai)

À voir aussi sur arts :