© Jim Carrey/Maccarone

Jim Carrey arrête de peindre des personnalités politiques pour se consacrer... aux mangues

Jim Carrey ouvre un nouveau chapitre de son talent caché, qu'il cultive comme un exutoire depuis plusieurs années.

Depuis plus de vingt ans, Jim Carrey ravit nos écrans grâce à ses interprétations de personnages pour le moins poétiques et touchants. Tout comme celle de ses personnages, la vie intérieure de l'acteur est pleine de remous et, il y a six ans, pour "guérir [son] cœur brisé", il a décidé de se mettre sérieusement à la peinture et à la sculpture. En bon travailleur passionné (on entend dans l'oreillette que l'homme est Capricorne), ce loisir est très vite devenu une obsession.

Dans un mini-documentaire sorti en 2017, I Needed Color, il raconte qu'au bout d'un moment, il lui était devenu difficile de bouger dans sa propre maison tant celle-ci était pleine de ses œuvres : "[Elles] étaient partout, elles faisaient partie des meubles." Dans ses toiles, l'acteur se raconte ainsi : "On peut voir ce que j'aime dans les couleurs que j'utilise, on peut voir ma vie intérieure par la noirceur de certaines d'entre elles, on peut voir ce que je désire par l'éclat présent dans d'autres."

Publicité

Capture d'écran du documentaire "I Needed Color".

Inspiré par l'amour, et la fin du sentiment amoureux, Jim Carrey décharge ses émotions et les affres de sa psyché dans ses peintures, ses dessins et ses sculptures : "Je ne sais pas ce que la peinture m'apprend, mais je sais qu'elle me libère, elle me libère du futur, du passé, des regrets, des inquiétudes. [...] J'aime me sentir vivant et l'art est une preuve de cela."

Un virage à 360 degrés

Ces dernières années, et notamment depuis que la galerie californienne Maccarone a décidé de le représenter, Jim Carrey mettait en scène nombre de personnalités politiques dans ses œuvres, telles que Donald Trump, Vladimir Poutine ou Benito Mussolini. Le site Artnet a récemment révélé que l'angle militant du travail de Jim Carrey touchait à sa fin puisque l'acteur s'était désormais pris de passion pour les mangues : "Elles représentent l'abondance et la douceur, des cadeaux de l'univers."

Publicité

Jim Carrey souligne que ses œuvres politiques n'ont jamais eu pour objectif de partager des sentiments de haine, mais plutôt de créer de la discussion : "Je pense qu'on a été piégés par les politiciens [...] à croire que le désaccord était un synonyme de haine. Je ne serai jamais d'accord avec ça", a-t-il ajouté. L'acteur a ainsi décidé d'arrêter de jouer un rôle de lanceur d'alerte :

"Avant, je voulais être un phare qui disait : 'Hey, faites attention aux rochers, vous vous dirigez vers les rochers.' On est toujours en train de se diriger vers les rochers mais je pense que vous avez compris mon message. Je n'ai plus besoin de m'y enraciner."

Le prochain chapitre de la carrière picturale de Jim Carrey est en train de s'ouvrir, et elle promet apparemment plus de douceur (et de sucre).

Publicité

"I Scream You Scream Will We Ever Stop Screaming", 2018. (© Jim Carrey/Maccarone)

© Jim Carrey

"Giuliani Doesn't Bleach The Bottom Teeth", 2018. (© Jim Carrey/Maccarone)

Publicité

© Jim Carrey

© Jim Carrey

© Jim Carrey

© Jim Carrey

© Jim Carrey

© Jim Carrey

© Jim Carrey

Jim Carrey devant "The Great Spewdini". (© Jim Carrey/Maccarone)

Par Lise Lanot, publié le 04/02/2020