AccueilPeinture

Les nus monumentaux de Cristina BanBan subliment la puissance du corps féminin

Publié le

par Eve Chenu

Avec de grands coups de pinceau, Cristina BanBan sculpte l’anatomie féminine et libère les corps.

Les nus monumentaux de Cristina BanBan subliment la puissance du corps féminin

© Cristina BanBan/Guillaume Ziccarelli/Perrotin

Libérer les corps en libérant les lignes, c’est le défi que s’est lancé Cristina BanBan, actuellement exposée à la galerie Perrotin. Véritables expérimentations et "attaques sur la toile", ses œuvres en grand format font émerger et disparaître des formes féminines. Le trait est large, la superposition de couches et de couleurs offre aux œuvres un certain relief. BanBan crée des figures résistant aux limites du cadre, libérées de tout carcan.

Pourtant, le résultat est loin de la masse informe : partiellement délimités par des traits noirs, des corps féminins se dessinent. On observe des visages, des bustes et des mains disproportionnées qui semblent prêtes à nous saisir. Certains tracés plus vagues confèrent du mouvement aux travaux de la peintre espagnole.

Cristina BanBan, Composition II, 2021. (© Guillaume Ziccarelli/Perrotin)

Les lignes ne sont néanmoins qu’une clé de lecture parmi d’autres : les corps se muent, oscillent entre nuances de rose, beige, gris et blanc, évoquent tour à tour les travaux de Cecily Brown ou de Willem de Kooning. Ces corps n’en représentent pourtant qu’un : celui de l’artiste. Cristina BanBan utilise sa propre silhouette comme modèle dans une grande partie de ses œuvres. "C’est le corps que je connais le mieux", explique l’artiste.

Dépouillées de leur cadre spatiotemporel, les peintures de Cristina BanBan présentent de temps à autre des voûtes et arcades, rappelant l’architecture espagnole. Son œuvre est également l’écho de son itinérance géographique, de Barcelone à New York.

Ses toiles évoquent le modernisme figuratif européen et une abstraction gestuelle propre à l’avant-garde états-unienne d’après-guerre. À travers son art, Cristina BanBan s’affranchit des conventions par une ode à la libération des corps avec, en filigrane, son histoire personnelle.

Cristina BanBan, Composition II, 2021. (© Guillaume Ziccarelli/Perrotin)

Cristina BanBan, Les Senyoretes, 2021. (© Guillaume Ziccarelli/Perrotin)

Cristina BanBan, vues de l’exposition à Perrotin Paris, 2022. (© Claire Dorn/Perrotin)

Les œuvres de Cristina BanBan sont exposées à la galerie Perrotin jusqu’au 28 mai 2022.

À voir aussi sur arts :