AccueilPeinture

Les peintres noirs sont prisés comme jamais sur le marché de l’art contemporain

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Jordan Casteel

Car il n'y a pas que Basquiat. Une nouvelle génération d'artistes noirs prend la relève face à une demande en hausse.

Longtemps sous-estimé·e·s et ignoré·e·s, les peintres africain·e·s-américain·e·s ont désormais toute l’attention du marché de l’art contemporain, comme en témoignent les grandes enchères du printemps 2021 à New York, qui ont vu tomber une série de records.

Il y a évidemment Jean-Michel Basquiat, premier peintre noir tête d’affiche des deux principales ventes de Christie’s et Sotheby’s de mai dernier, avec chacune une toile estimée aux environ de cinquante millions de dollars.

Il y a aussi Robert Colescott, estimé à plus de dix millions de dollars, ainsi que Norman Lewis, Mark Bradford ou Kerry James Marshall, au-delà du million. Jamais autant d’artistes africain·e·s-américain·e·s n’avaient été convié·e·s à ce qui reste l’événement biannuel phare du marché de l’art.

"Il y a une appréciation nouvelle et une hausse de la demande, qui se reflètent dans les prix", et dans la visibilité générale de ces peintres, dans les galeries et les musées, explique David Galperin, responsable des prestigieuses ventes de soirée de Sotheby’s à New York.

"C’est une correction", résume le sculpteur africain-américain Sanford Biggers, dont la gigantesque statue Oracle vient d’être inaugurée au Rockefeller Center. "Pendant longtemps, le travail [des artistes noir·e·s] a été négligé, alors qu’il était fantastique."

Le mouvement Black Lives Matter, ravivé après la mort de George Floyd, a contribué à cette réévaluation, mais elle était déjà largement engagée auparavant, de l’avis général. "La percée date d’il y a cinq ans environ", estime Sherman Edmiston, président de la galerie Essie Green, spécialisée dans les peintres noir·e·s, fondée en 1979. "Ça a été une vraie lutte."

Il attribue cette percée à une conjonction de facteurs, notamment l’émergence d’une génération de collectionneur·se·s noir·e·s, emmenée par des personnalités influentes. Le rappeur et producteur Swizz Beatz est souvent considéré comme pionnier, mais P. Diddy, Jay-Z, Pharrell Williams et Kanye West sont aussi aujourd’hui des collectionneurs référencés.

"Le hip-hop était un phénomène culturel et ils ont montré la voie", souligne Sherman Edmiston. "Ils ont créé une tendance." À cela s’est ajoutée la transformation du marché de l’art, qui a fait triompher la logique de l’investisseur·se et de l’argent sur celle des collectionneur·se·s.

À mesure que s’asséchait l’offre d’artistes traditionnel·le·s, quasiment tou·te·s blanc·he·s, les portefeuilles se sont tournés vers des créateur·rice·s africain·e·s-américain·e·s, à des prix attractifs. "C’est là que l’art noir a vraiment décollé", selon Sherman Edmiston.

Surchauffe ?

Avec leur influence croissante dans le milieu artistique, beaucoup de ces œuvres y ont fait entrer des sujets qui y étaient quasiment absents jusque-là. Chacun à leur manière, Basquiat, Jacob Lawrence ou Kerry James Marshall ont ouvert une lucarne sur l’expérience des Noir·e·s aux États-Unis.

"Une part importante de l’art que nous voyons aujourd’hui n’aurait pas pu exister sans ces artistes", considère Ana Maria Celis, responsable des ventes de soirée chez Christie’s, qui mentionne notamment la peintre américaine Jordan Casteel, 32 ans, parmi les héritier·ère·s de ce mouvement.

Si les peintres noir·e·s ne sauraient être considéré·e·s comme un ensemble homogène, plusieurs "veulent susciter une discussion potentiellement délicate" et, plus largement, "remettre en question ce que l’art devrait dire ou la façon de le faire", dit-elle. Le public plébiscite ce nouveau courant d’expression et, depuis trois ans, les records s’enchaînent. L’accélération est telle que les prix atteignent régulièrement plusieurs fois l’estimation initiale, phénomène rare pour des enchères de ce niveau.

"Il y a un côté : si c’est [un artiste] noir, c’est génial", observe Sherman Edmiston. "Si c’est [un artiste] noir, j’achète. Mais il faut qu’il y ait une distinction" entre les œuvres et les artistes, dit-il. Pour lui, le marché est même en surchauffe. "C’est mon impression. Mais peut-être que je ne vois pas le potentiel futur, que je rate quelque chose", dit-il dans un sourire. "C’est même probable."

Avec AFP.

À voir aussi sur arts :