AccueilPeinture

Les secrets bien gardés d’un tableau de Vermeer enfin restaurés et dévoilés

Publié le

par Lise Lanot

© Gemäldegalerie Alte Meister, Staatliche Kunstsammlungen Dresden

La Liseuse à la fenêtre telle qu’elle a été pensée par Vermeer est enfin visible aux yeux de tous et de toutes.

On la connaissait le regard baissé, lisant une lettre face à une fenêtre ouverte, dans une pièce sombre aux murs nus. Réalisée il y a plus de 360 ans, vers 1657-1659, La Liseuse à la fenêtre n’en finit pas de révéler des secrets. C’est la paternité de l’œuvre qui a commencé par faire débat. D’abord attribuée à Rembrandt puis, rapidement, à Van der Meer, Flinck et Pieter de Hooch, on sait depuis 1862 que la toile est signée Johannes Vermeer.

En 1979, une analyse radio démontrait que le mur se trouvant derrière la jeune femme n’avait pas toujours été nu et avait porté la représentation encadrée d’un Cupidon nu. La suppression du dieu de l’Amour avait été attribuée à Vermeer avant qu’on ne découvre que le repeint avait été effectué au XVIIIe siècle, après la mort du peintre néerlandais.

Johannes Vermeer, Liseuse à la fenêtre, 1657-59. (© Gemäldegalerie Alte Meister, Staatliche Kunstsammlungen Dresden/Photos : Klut/Estel et Wolfgang Kreische)

Depuis 2017, la Gemäldegalerie Alte Meister (le musée d’art des collections nationales de Dresde) avait entrepris un minutieux travail de restauration au scalpel visant à révéler le visage du chérubin, dont la présence éclaire d’une nouvelle lumière la composition et la signification du tableau.

"L’élimination d’anciennes couches de retouches et de vernis a redonné toute sa brillance et ses couleurs d’origine à la peinture. La 'Liseuse à la fenêtre' a complètement changé d’apparence et doit être relue et réinterprétée. […] La restauration à l’état d’origine de cette première œuvre majeure de Vermeer a également un impact sur l’interprétation de l’ensemble de son œuvre", s’enthousiasme l’équipe du musée dans un communiqué.

L’atelier de restauration de peintures de la Staatliche Kunstsammlungen Dresden vient de dévoiler les premières images du tableau restauré, de nouveau agrémenté de son Cupidon. L’œuvre sera révélée au grand public le 10 septembre prochain, grande star de l’exposition "Johannes Vermeer. On Reflection". Le dernier secret du tableau à découvrir consiste bien sûr en la teneur de la lettre de la liseuse – un mystère sans doute à conserver afin de continuer à faire fonctionner notre imagination.

Johannes Vermeer, Liseuse à la fenêtre, 1657-59. Après restauration. (© Gemäldegalerie Alte Meister, Staatliche Kunstsammlungen Dresden/Photos : Klut/Estel et Wolfgang Kreische)

À voir aussi sur arts :