AccueilPeinture

Magenta LN dessine les nudes que vous lui envoyez sur Instagram

Publié le

par Lise Lanot

Un projet émancipateur et cathartique, qui vise à l’acceptation de soi.

Magenta LN dessine les nudes que vous lui envoyez sur Instagram

© Magenta LN

En 2020, pendant le premier confinement, l’artiste Magenta LN était comme le reste d’entre nous : à chercher un peu d’occupation sur son téléphone. Elle a cependant fait preuve d’un peu plus de créativité que le reste des mortel·le·s en demandant à sa "communauté sur Instagram" de lui "envoyer des nudes pour qu'[elle] les dessine et leur renvoie une photo" que ces dernier·ère·s pourraient alors "envoyer à leur crush".

Au départ, l’idée part "un peu comme une blague", nous confie-t-elle. "Je cherchais des modèles pour dessiner des corps et, selon moi, tout le monde peut être modèle. Le concept a tout de suite plu, je dessinais à ce moment un nude par jour que je postais sur Instagram", poursuit l’artiste actuellement en résidence au 59 Rivoli, à Paris.

© Magenta LN

Ravie du retour enthousiaste de ses modèles, Magenta LN se rend compte du pouvoir que son projet a sur la confiance et l’acceptation de soi : "Le fait de se prendre en photo aide beaucoup à s’accepter, à se mettre en valeur, en avant, à se trouver désirable, parfois à se réapproprier son corps."

Pour beaucoup d’apprenti·e·s modèles, envoyer son corps nu à une inconnue représentait un défi, récompensé par un nouveau regard sur leur corps : "Le fait de se voir dessiné·e, de voir son corps en peinture, de le voir autrement, en formes et en couleurs, a permis a beaucoup de se décomplexer, et a engendré une certaine satisfaction du fait d’être modèle et d’avoir posé pour un dessin, une peinture."

© Magenta LN

Pour l’artiste, qui continue de dessiner les nus de ses abonné·e·s, "le fait de voir tous ces corps différents est une ode à nos corps, à tous les corps". Point important : les corps ont beau être nus et destinés à être envoyés en signe de désir et d’affection, ils ne sont "pas sexualisés". "Ils sont ombres et lumières, formes et couleurs", précise celle qui est également tatoueuse.

Cette ode à toutes les chairs ne doit cependant pas être vue comme une démarche affirmée de "body-positivisme", souligne Magenta LN. "Je pense que l’injonction à devoir à tout prix aimer tout de son corps est irréaliste et moralisatrice. Nous avons tous des complexes qui sont fluctuants et il n’existe personne qui aime son corps à 100 %, tous les jours de sa vie. Ce n’est pas le but recherché."

L’artiste envisage son travail comme "une recherche d’émancipation", "une véritable catharsis, […] un moyen d’extérioriser [sa] colère et de transformer [ses] frustrations". Une quête partagée généreusement avec son public-modèle, grâce à "un univers décomplexé mettant en scène des femmes libres, fièrement indépendantes, assumant leur corps, leurs sexualités et leurs émotions".

© Magenta LN

© Magenta LN

© Magenta LN

© Magenta LN

© Magenta LN

© Magenta LN

© Magenta LN

© Magenta LN

Vous pouvez retrouver le travail de Magenta LN sur son compte Instagram, son compte dédié au tatouage et sur son Artsper. L’artiste est actuellement en résidence au 59 Rivoli.

À voir aussi sur arts :