AccueilPeinture

Pourquoi le retour de la collection Morozov à Moscou est-il compliqué ?

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

La collection d’art de deux frères russes fait l’objet d’une exposition à Paris, et son rapatriement pose problème.

Pourquoi le retour de la collection Morozov à Moscou est-il compliqué ?

© Valentin Sérov/Collection Ivan Morozov, 1910/Galerie nationale Trétiakov, Moscou

Le rapatriement en Russie de la collection des frères Morozov, exposée à la Fondation Louis Vuitton depuis septembre 2021, va rencontrer des problèmes en raison des restrictions de transport liées au conflit ukrainien, a déclaré l’ambassadeur de Russie à Paris.

"Ce n’est pas un secret vu la situation actuelle, vu toutes les mesures drastiques qui ont été prises, y compris, par exemple, par rapport aux vols entre la Russie et la France, que des problèmes se posent", a déclaré Alexeï Mechkov lors d’une conférence de presse à Paris. "Actuellement, nous travaillons sur les modalités logistiques pour assurer le retour le plus sécurisé de cette collection vers la Russie", a-t-il ajouté, se disant toutefois "convaincu qu’on va trouver une solution".

Interrogée par l’AFP, la Fondation Louis Vuitton a assuré qu’elle "protégerait les œuvres jusqu’à ce qu’elles soient rendues aux musées russes [l’Ermitage, le musée Pouchkine, la galerie Tretiakov], en étroite organisation avec eux". Environ 200 œuvres de Van Gogh, Renoir, Cézanne, Matisse, Monet ou Manet sont exposées aux côtés de peintres russes comme Golovine, Gontcharova, Korovine, Machkov, Melnikov, Répine, Serov… Ces chefs-d’œuvre ont été collectionnés par les deux frères Mikhaïl et Ivan Morozov, industriels passionnés d’art moderne au tournant des XIXe et XXe siècles.

"Nous ferons tout pour que les œuvres soient rendues aux musées russes le plus rapidement possible après la fin de l’exposition, le 3 avril, mais aujourd’hui, il est impossible de dire si cela se fera par avion ou par camion", a ajouté la Fondation. Cette situation, souligne-t-elle, ne lui est pas propre ; le musée V&A de Londres doit également rapatrier des bijoux et autres objets de l’artisan russe Pierre-Karl Fabergé en Russie.

En réaction à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’Occident a pris une série de sanctions contre des responsables et des intérêts russes. Les vols ont aussi été suspendus entre la Russie et la plupart des pays européens. Le transport routier est également perturbé.

L’exposition de la collection à la Fondation Louis Vuitton, victime de son succès, a été prolongée jusqu’au 3 avril 2022 alors qu’elle devait initialement prendre fin le 22 février. Elle avait déjà accueilli un million de personnes fin février et pourrait dépasser, en termes de fréquentation, celle d’un autre grand collectionneur russe, Sergueï Chtchoukine, qui avait atteint le record d’1,29 million de visiteur·se·s en 2016-2017.

Interrogée sur la saisie possible des œuvres dans le cadre des sanctions occidentales, la Fondation a déjà fait valoir que, "comme pour tout prêt majeur d’œuvres d’art, la collection est protégée par un arrêté d’insaisissabilité."

Édit du 11/04/2022 : Alors que l’exposition touchait à sa fin, le ministère de la Culture a annoncé ce week-end que deux tableaux resteraient en France. C’est la première fois que cette vaste collection sortait de Russie pour être exposée à l’étranger. Interrogée par l’AFP, la Fondation Louis Vuitton a affirmé qu’elle "respecterait la décision du gouvernement".

Un des tableaux ne retournera pas à domicile tant que "son propriétaire, un oligarque russe, demeurera visé par une mesure de gel d’avoirs", a indiqué le ministère. Selon une source proche du dossier, il s’agirait de Petr Aven, proche de Vladimir Poutine, qui figure sur la liste des personnalités russes faisant l’objet de sanctions occidentales. Le tableau concerné est un autoportrait de Piotr Kontchalovski, datant de 1911.

Le second tableau – un portrait de Margarita Morozova du peintre Serov – restera en France "à la demande des autorités ukrainiennes". Il appartient au musée des Beaux-Arts de Dnipropetrovsk, dans l’est de l’Ukraine, et risquerait d’être endommagé.

Une troisième œuvre "détenue par une fondation privée, liée à un autre oligarque qui vient d’être ajouté sur la liste des personnalités visées par des mesures de gels, fait l’objet d’un examen par les services de l’État", a ajouté le ministère. Il s’agit de la fondation privée Magma et de l’oligarque Viatcheslav Kantor, dont un tableau, du peintre Serov représentant un parent de la famille Morozov, fait également partie de la collection, a-t-on appris de source proche du dossier.

Konbini arts avec AFP.

À voir aussi sur arts :