AccueilPeinture

Ressurgi du passé, un dessin de Van Gogh exposé pour la première fois

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Koen van Weel/ANP/AFP

Découvrir ce dessin a été "une totale surprise" et "un coup de chance".

Un vieil homme usé et triste : un dessin du peintre Vincent van Gogh découvert dans une collection privée néerlandaise où il était conservé depuis plus de cent ans a été présenté pour la première fois au public jeudi 23 septembre au musée Van Gogh d’Amsterdam.

"C’est la première fois que ce dessin sort au grand jour. Il n’avait jamais été exposé [avant]", s’est félicité auprès de l’AFP un spécialiste du musée, Teio Meedendorp. "Il provient d’une collection privée néerlandaise où il est resté très longtemps et c’est la toute première fois qu’on peut le voir", a-t-il ajouté.

Il s’agit d’une petite étude au crayon réalisée en novembre 1882, Étude pour "Un paysan usé", dans la période néerlandaise de ses débuts, plus méconnue mais qui suscite un intérêt croissant. Les propriétaires du dessin, une famille néerlandaise qui l’avait acheté en 1910, avaient sollicité le musée pour l’authentifier après appel lancé aux collectionneur·se·s privé·e·s pour enrichir la base de données numériques et l’inventaire.

Des expert·e·s ont ensuite confirmé que c’était bien une nouvelle œuvre à inscrire à l’actif de Van Gogh, un événement "assez rare", selon la directrice du musée, Emilie Gordenker. "Nous sommes fiers de partager ce dessin des débuts et son histoire avec [notre public]", a-t-elle ajouté. Le dessin sera visible jusqu’au 2 janvier 2021, après quoi il retournera à la famille qui l’a prêté et qui a préféré garder l’anonymat.

"Un coup de chance"

L’œuvre représente un vieux paysan vouté assis sur une chaise en bois, se tenant la tête à deux mains. Le musée possédait déjà un autre dessin similaire dans ses collections, sous le titre de Paysan usé. Grâce aux lettres envoyées par Van Gogh à son frère bien-aimé Theo, les expert·e·s se doutaient qu’il y avait eu une deuxième version du Paysan usé mais sans savoir si ce dessin existait encore.

Le découvrir a été "une totale surprise" et "un coup de chance", souligne M. Meedendorp. Ces deux dessins font partie d’une série de "centaines et centaines" d’esquisses faites par Van Gogh à l’époque où il vivait à La Haye et se formait comme marchand d’art.

L’enquête pour authentifier le dessin a été facilitée par le fait qu’il n’avait jamais quitté le giron de la même famille, passant d’une génération à l’autre, après avoir été acheté en 1910 chez un collectionneur connu, Henk Bremmer.

La qualité du papier, le type de crayon de charpentier et jusqu’aux traces caractéristiques de la façon dont l’artiste accrochait son papier sur sa table à dessin ont apporté des éléments de preuve supplémentaires.

Le musée Van Gogh abrite aussi une célèbre lithographie dans la même veine, appelée La Porte de l’éternité ou Vieil homme dans la peine. Il connaît même l’identité du retraité représenté sur le dessin : Jacobus Zuyderland, 72 ans à l’époque, qui a vécu finalement plus longtemps que l’artiste, qui s’est suicidé en 1890 à l’âge de 37 ans.

Avec AFP.

À voir aussi sur arts :