AccueilPeinture

Une intelligence artificielle a aidé à restaurer une peinture de Rembrandt

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Remko de Waal/ANP/AFP

La peinture avait été découpée à coups de couteau en 1911, tailladée en 1975 et aspergée d’acide en 1990.

Plus de 300 ans après l’un des pires actes de vandalisme subi par une œuvre d’art, l’intelligence artificielle est venue à la rescousse de La Ronde de Nuit de Rembrandt pour reconstituer les pans entiers qui avaient été coupés pour faciliter son transfert.

Cet immense tableau, parmi les plus célèbres au monde, a connu bien des épreuves. En 1715, il avait carrément été rogné pour être installé à l’Hôtel de ville d’Amsterdam. Le public peut aujourd’hui le retrouver enfin dans son format d’origine : grâce à l’intelligence artificielle et à une petite copie datant du XVIIe siècle, des scientifiques sont parvenu·e·s à reconstituer les morceaux perdus qui ont ensuite été imprimés et replacés autour du chef-d’œuvre.

© Remko de Waal/ANP/AFP

"C’est vraiment passionnant à voir", confie à l’AFP le directeur du Rijksmuseum, Taco Dibbits. "Parce vous connaissez cette œuvre depuis votre enfance, et vous sentez comme si vous étiez soudain revenus 300 ans en arrière."

La reconstitution révèle le dynamisme de la composition originelle de Rembrandt. Elle décale du centre du tableau vers le côté les deux personnages principaux, le capitaine de la milice bourgeoise d’Amsterdam Frans Banning Cocq et son lieutenant Willem van Ruytenburch, explique M. Dibbits.

Parallèlement, les silhouettes perdues de deux hommes et d’un petit garçon ont été restaurées du côté gauche où une bande de soixante centimètres avait été découpée, amputant l’œuvre. Elle mesurait quand même toujours 3,79 mètres sur 4,36 mètres.

© Remko de Waal/ANP/AFP

Le Rijksmuseum, qui vient de rouvrir ses portes à la faveur d’un assouplissement des mesures contre le Covid-19, conservera en place ces panneaux reconstitués durant trois mois dans le cadre d’une vaste restauration de l’œuvre, entreprise en 2019 et retransmise en direct sur Internet.

"L’intelligence artificielle à l’école de l’art"

Rembrandt a peint La Ronde de Nuit en 1642, une commande de Cocq, bourgmestre et chef de la garde civile d’Amsterdam pour portraiturer les officiers et membres de sa milice. Accroché pendant 73 ans à la Maison des Arquebusiers, siège de la milice bourgeoise, le tableau a été transféré à l’Hôtel de ville d’Amsterdam pour y être installé entre deux portes mais "il ne rentrait pas", raconte M. Dibbits.

© Remko de Waal/ANP/AFP

"Les gens qui l’ont déménagé ont alors décidé de le couper et ont vraiment pris des ciseaux pour tout simplement le découper sur chacun des quatre côtés." Les pans ainsi ôtés n’ont jamais été retrouvés.

Ce n’était que le premier des sévices subis par La Ronde de Nuit, découpée à coups de couteau en 1911 par un homme, évacuée avec 30 000 autres œuvres et cachée durant la Seconde Guerre mondiale – sa dernière cache a été une grotte de Maastricht –, puis tailladée de nouveaux coups de couteau par un déséquilibré en 1975 et aspergée d’acide en 1990.

© Olaf Kraak/ANP/AFP

La reconstitution des morceaux manquants a pu s’effectuer grâce à une copie de bien plus petite taille effectuée au XVIIe siècle par l’artiste Gerrit Lundens – au style et aux couleurs toutefois différents avec une perspective légèrement modifiée. La solution a été de "mettre l’intelligence artificielle à l’école de l’art", résume Robert Erdmann, un scientifique du Rijksmuseum à la tête du projet.

"Rembrandt surprend toujours"

"Pour faire en sorte que ça marche, j’ai entraîné trois réseaux neuronaux différents afin de contribuer au processus, une intelligence artificielle où nous pouvons enseigner à l’ordinateur en lui donnant des exemples", dit à l’AFP M. Erdmann.

© Remko de Waal/ANP/AFP

L’ordinateur a comparé l’œuvre d’origine à la copie et, après avoir appris le style de Rembrandt, a été mis au travail pour reconstituer les morceaux perdus. L’imitation a été si réussie que la machine a même copié les minuscules fissures observables à la surface de l’œuvre, selon M. Erdmann.

L’image a ensuite été imprimée sur toile, vernie puis installée sur quatre cadres métalliques tout autour du tableau. "C’était un vrai bonheur" de voir l’œuvre ainsi restaurée, dit M. Erdmann. "Cela change vraiment la composition dans son intégralité." "L’essentiel, c’est que Rembrandt continue de nous surprendre, il continue de faire des choses auxquelles on ne s’attend pas", souligne M. Dibbits.

Avec AFP.

À voir aussi sur arts :