AccueilPeinture

Une peinture classique perd son sourire lors d’un travail de restauration

Publié le

par Anna Finot

© English Heritage

Selon un projet de conservation de l’English Heritage, l’œuvre originale ne souriait pas.

Après deux ans d’études de conservation, La Vendeuse de légumes néerlandaise, entourée de ses paniers et coiffée de son chaperon, retrouve son visage originel. L’English Heritage, organisme public indépendant chargé de la gestion du patrimoine historique du Royaume-Uni, a découvert des modifications apportées sur la toile lors de précédents travaux de restauration datant du XIXe siècle.

La peinture non signée et non datée, connue uniquement par son titre, était entreposée à la maison Audley End depuis plus de soixante ans. C’est en 2019 que les travaux de conservation ont commencé, mettant au jour ces mystérieuses couches de peinture. La jeune marchande s’était vu ajouter un sourire par erreur. Les résultats de cette étude ont permis de rectifier son rictus, rendant ainsi à la peinture sa gloire d’antan. L’avant-après est saisissant.

"La Vendeuse de légumes" avant restauration, avec son sourire factice. (© English Heritage)

"Le sourire est un tel changement. Elle a l’air beaucoup plus sérieuse, a déclaré Alice Tate-Harte, conservatrice des collections de l’English Heritage, au Guardian. La restauration n’était pas vraiment établie au XIXe siècle, donc les gens avaient beaucoup plus de liberté pour faire ces choses-là."

En retirant la couche supérieure de la peinture, en plus du travail de nettoyage et de restauration, on découvre alors une tout autre expression : plus sombre, plus surprise, moins posée que celle dépeinte avec son sourire factice.

"La Vendeuse de légumes" après restauration, sans son sourire factice. (© English Heritage)

De nouvelles recherches autour de cette œuvre laissent entendre qu’elle pourrait avoir été peinte juste avant l’âge d’or néerlandais, bien plus tôt qu’on ne le pensait. Les travaux émettent également une hypothèse autour de son auteur, qui pourrait être Joachim Beuckelaer, célèbre pour ses natures mortes au cours du XVIe siècle. Le mystère reste entier…

"Dès le premier essai de nettoyage, nous avons eu un aperçu des magnifiques couleurs sous toute la crasse, ce qui était incroyablement excitant. La restauration signifie également qu’après des années de mystère autour de The Vegetable Seller, nous sommes à ça de découvrir l’identité de son auteur", annonce Alice Tate-Harte dans un communiqué de presse.

La Vendeuse de légumes est actuellement exposée à la maison Audley End dans l’Essex, en Angleterre.

À voir aussi sur arts :