AccueilPeinture

Voici le classement des peintures les plus instagramées au monde

Publié le

par Julie Morvan

« La Joconde », entre 1503 et 1519. (© Léonard de Vinci/Musée du Louvre)

Léonard de Vinci occupe deux places de choix dans ce top.

En attendant leur réouverture, on vous avait proposé un classement des musées les plus instagramés au monde. Et parce que les visites culturelles nous manquent sacrément, on a encore frappé avec ce classement des tableaux les plus famous sur Instagram.

Creative Boom a déniché une nouvelle étude de l’imprimeur britannique Cartridge Save. L’entreprise a procédé au recensement des peintures les plus postées sur Instagram en se basant sur les hashtags… Roulement de tambours, voici le palmarès :

  • #6. La Jeune Fille à la perle, Johannes Vermeer (vers 1665) : 53 000 hashtags.
  • #5. La Nuit étoilée, Vincent van Gogh (1889) : 60 400 hashtags.
  • #4. Le Cri, Edvard Munch (1893) : 111 000 hashtags.
  • #3. La Cène, Léonard de Vinci (1498) : 146 000 hashtags.
  • #2. Le Baiser, Gustav Klimt (1909) : 247 000 hashtags.
  • #1. La Joconde, Léonard de Vinci (vers 1516) : 1,7 million de hashtags.

La célébrissime Joconde est donc le sujet du tableau le plus instagramé au monde, avec presque 1,7 million de hashtags comptabilisés. Un classement qui nous étonne peu puisque le Louvre avait lui-même déjà été sacré musée le plus populaire d’Instagram. Léonard de Vinci est ainsi le peintre le plus ancien à figurer dans ce classement, mais aussi le plus populaire : il occupe deux places de ce top. À croire que la Renaissance italienne a son petit succès sur les réseaux sociaux…

Quant au Baiser, c’est l’œuvre la plus récente à figurer dans ce top. Du haut de ses 247 000 hashtags, on pourrait croire qu’elle fait pâle figure derrière La Joconde, mais il faut la considérer à sa juste valeur. Ce tableau est une source d’inspiration intarissable pour beaucoup d’artistes, qui ont multiplié les créations et les hommages à Klimt, comme ce photographe.

Ne prenons donc pas ce classement trop au sérieux : si les responsables de cette étude ont passé au peigne fin toutes les statistiques d’Instagram, leur panel de hashtags s’est basé sur la seule langue anglaise. Sans oublier qu’en 2021, nombreux·ses sont les utilisateur·rice·s qui n’utilisent plus les hashtags : d’autres œuvres moins bien référencées se cachent peut-être au détour d’une photo…

À voir aussi sur arts :