AccueilPhoto

Bretman Rock, le premier homme ouvertement gay en couv' de Playboy

Publié le

par Pauline Allione

© Brian Ziff/Playboy

Le magazine érotique fait un pas vers la communauté LGBTQI+.

Du haut de ses 23 ans, l’influenceur philippin Bretman Rock, établi à Hawaï, vient d’entrer dans l’histoire de Playboy. Doté des iconiques oreilles de lapin, le jeune homme, suivi par près de 18 millions d’abonné·e·s sur Instagram, est devenu le premier homme ouvertement gay à figurer en couverture du célèbre magazine érotique.

Repéré sur la Toile pour ses vidéos sur Vine (RIP) et YouTube, l’influenceur beauté et star du show de téléréalité No Filter de MTV a enfilé le costume complet de Playboy, incluant les célèbres oreilles de lapin, le nœud papillon et les manchettes blanches.

Immortalisé par le photographe Brian Ziff, Bretman Rock prend la pose en corset noir, simplement vêtu de collants noirs et de talons à plateformes, ou les lèvres serties de diamants, dans un shooting chargé d’une esthétique queer, sensuelle et électrisante. Autant d’images à retrouver dans le numéro numérique d’octobre, la publication papier ayant été arrêtée en mars 2020, perturbée par la pandémie.

"[Cette couverture], c’est moi qui exprime à quel point ce shooting de Playboy est emblématique. Avoir un homme en couverture de Playboy est quelque chose d’énorme pour la communauté LGBT et pour les personnes de couleur comme moi. C’est surréaliste. C’est un peu : 'Est-ce vraiment ce qui est en train de se passer, en ce moment, put*** ?' comme genre de mood", déclare l’influenceur dans une interview accordée au magazine.

Vers un magazine plus inclusif ?

Si Bretman Rock est le premier homme ouvertement gay à faire la couv' du magazine américain, d’autres ont posé pour Playboy avant lui, parmi lesquels les acteurs Ezra Miller, Paul Rudd (aka Mike Hannigan dans Friends) ou encore le chanteur Steve Martin.

En juillet 2020, le magazine de charme mettait pour la première fois un homme en couverture – d’un numéro numérique, encore – avec le rappeur portoricain Bad Bunny. Quelques mois plus tard, c’était au tour de l’influenceuse Victoria Volkova de poser en couverture de Playboy Mexico et de marquer une autre première fois pour le magazine, puisque aucune femme trans n’était encore apparue en une de la revue.

Créé en 1953 par Hugh Hefner, le magazine masculin a fait de Marilyn Monroe sa première playmate (et de Pamela Anderson sa playmate la plus régulière) avant de bâtir sa réputation sur le modèle de l’homme blanc hétérosexuel qui s’épanouit au milieu de femmes sexuellement disponibles.

En 1963, l’icône féministe américaine Gloria Steinem avait d’ailleurs enfilé le costume de la "Bunny Girl" dans un club Playboy, avant de dénoncer le sexisme ambiant et les conditions de travail des femmes engagées comme serveuses par la firme, dans un article intitulé "A Bunny’s Tale" et publié dans le magazine Show.

Avec Bad Bunny, Victoria Volkova et Bretman Rock, le magazine s’émancipe doucement du modèle hétérosexuel cisgenre dominant, et continue d’affirmer son positionnement vers une ligne éditoriale plus progressiste et inclusive.

À voir aussi sur arts :