AccueilPhoto

Des drag queens font la une de Vogue pour la deuxième fois (seulement)

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Hick Duarte/Vogue Brasil

Et c'est le photographe Hick Duarte qui signe cette deuxième couverture historique pour l'édition brésilienne de Vogue.

Il s’agit de la deuxième fois dans l’histoire de Vogue que des drag queens font la une. Et c’est toujours l’édition brésilienne qui marque le coup : en septembre 2019, la publication mettait en couverture la drag activiste Uyra Sodoma. Cette fois-ci, c’est pour le numéro d’octobre 2020 que les drag queens Biance DellaFancy, Halesia, Pabllo Vittar et Gloria Groove ont posé, sous l’objectif de Hick Duarte. Vittar avait déjà marqué l’histoire en 2018, en devenant la première queen à être nominée aux Grammy Awards.

Sous le titre "Élégance extravagante" et tout de Gucci vêtues, les quatre s’exhibent en couverture et dans les pages du magazine. "Le fait d’être là positionne les drag queens en icônes de mode", raconte Pabllo Vitar dans son entretien pour Vogue. Un membre du Congrès brésilien, David Miranda (qui est ouvertement gay), a confié sa joie de voir quatre drag en couverture d’une publication aussi suivie : "Quelle fierté ! Occupons plus d’espaces. Longue vie à ce que nous sommes et à ce que nous représentons."

De son côté, le photographe Hick Duarte ne retient pas son enthousiasme quant à cette collaboration : 

"Elles sont une force de la nature, deux braves femmes et de véritables icônes, pas seulement pour notre communauté LGBTQIA+ de plus en plus forte mais aussi pour ce nouveau chapitre dans l’histoire de la musique pop brésilienne.

Nos inspirations principales pour le shooting étaient des images de photographes des années 1940-1950 comme Richard Avedon, Irving Penn, ou Horst P. Horst. Nous avons joué avec les codes visuels de la royauté et avec la notion de chic bâtie par les toutes premières publications de 'Vogue'."

La communauté drag a déploré le fait que l’édition américaine de Vogue n’ait toujours pas mis à l’honneur une queen. En mai 2019, Annie Leibovitz photographiait RuPaul pour le Vogue US, et c’est finalement Kim Kardashian qui a été choisie pour faire la une suite à l’événement du Met Gala.

Dans le Vogue India de septembre 2019, des drag queens ont également été présentées mais les clichés étaient cantonnés à une diffusion exclusivement sur Instagram tandis que l’actrice Priyanka Chopra faisait la couverture officielle en kiosques. On attend donc avec impatience une ouverture d’esprit de la part d’autres éditions internationales de Vogue. En attendant, Vogue Brésil fait le boulot, et prône la diversité dans un pays dirigé par Jair Bolsonaro qui règne en grand homophobe et transphobe, et dans lequel les droits LGBTQ+ sont bafoués.

À voir aussi sur arts :