AccueilPhoto

Des enfants porteurs de handicap posent pour une série photo mode flamboyante

Publié le

par Lise Lanot

© Kamila K Stanley

Des jeunes âgés de 3 à 22 ans, vêtus de Gucci, Pierre Cardin et Yves Saint Laurent, ont collaboré à ce projet photo inclusif.

Une vingtaine de jeunes "ayant des troubles et handicaps, dont la trisomie 21 et l’autisme" sont les stars d’une série photo remplie de paillettes, de glamour et de haute couture, organisée à la manière d’un éditorial de magazine.

Habituée des shootings de mode et de photographie commerciale, Kamila K Stanley a collaboré avec l’association Chouette On Apprend, qui soutient "des jeunes avec troubles d’apprentissage", afin de réaliser un travail qui "participe à rendre le monde plus juste et inclusif".

Hana. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Un projet collaboratif

Les 25 enfants et jeunes adultes immortalisé·e·s ont entre 3 ans et 22 ans. Tou·te·s ont participé de façon volontaire au projet et y ont contribué directement, en construisant les décors, en apportant "leurs jouets préférés ou des objets qui leur tenaient à cœur pour les intégrer dans les images" et en choisissant leurs tenues.

"On a emprunté des créations Gucci, Pierre Cardin et Yves Saint Laurent afin que les enfants se sentent comme les stars d’un shooting de magazine et puissent se réinventer dans des tenues colorées et insolites. La série interroge nos standards de beauté et l’identité que souhaitent projeter ces enfants, qui sont essentiellement exclus de la mode et des médias", nous confie l’artiste.

Cyrus. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Dénoncer le validisme

Le projet Élever le regard, travaillé à l’argentique, tend à s’écarter des images habituellement accolées au handicap, des images "très scolaires", selon la photographe, "littérales et quasi documentaires", qui réduisent les personnes porteuses de handicap à des "stéréotypes". "Elles ont peu de choix dans la représentation qu’on fait d’elles."

La photographe estime qu’il en va de sa "responsabilité" de faire barrage au validisme et de faire évoluer les représentations :

"Les personnes en situation de handicap représentent 15 % de la population mondiale. Et pourtant, lorsqu’on regarde autour de nous, dans les arts – la culture, les magazines et les médias – ils ne sont nulle part. La pandémie a exacerbé leur isolement […] Ces séances photo étaient un outil pour que ces enfants se réinventent, se surprennent, se magnifient, et puissent répondre aux questions : qui suis-je ? Comment aimerais-je être représenté ? Ils ont leur place au cœur de la mode, de l’art, et le montrent fièrement."

Gabriela. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

"Une expérience intense"

Désormais exposée dans les rues de Louviers, en Normandie, et après avoir été présentée à Paris, la série continue de vivre auprès du public, après avoir chamboulé la photographe autant que ses modèles :

"C’était une expérience intense. Enchaîner toutes les sessions photo, c’était un tourbillon. Chaque enfant réagissait à sa façon et il fallait s’adapter et les suivre. Nous avons eu d'énormes surprises. Nicolas est un adolescent avec de grandes difficultés à communiquer. Ses accompagnateurs étaient précautionneux.

Mais en arrivant dans la pièce avec le stylisme, il s’est illuminé, et a choisi avec décision une veste de rock star et des lunettes de soleil. Durant la séance photo il s’est complètement ouvert, allant jusqu’à poser sur une moto garée dans la rue. Peu après sa séance, il a soudain commencé à chanter.

Ses accompagnateurs étaient ébahis : Nicolas est peu verbal, ils ignoraient qu’il savait chanter. On n’imaginait pas à quel point les enfants seraient enjoués, et combien l’expérience leur permettrait de s’affranchir des étiquettes."

Adam. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Amine. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Charly. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Cyrus. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Élisabeth. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Ella. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Kayiah. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Malia. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Maryame. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Oria. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Yisrael. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Youcef. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Amine et Shafia. Élever le regard, 2021. (© Kamila K Stanley)

Après avoir été exposée à la mairie du 9e arrondissement parisien, la série Élever le regard est visible dans les rues de Louviers, en Normandie, jusqu’au 18 septembre 2021.

Vous pouvez retrouver le travail de Kamila K Stanley sur son site et sur son compte Instagram.

À voir aussi sur arts :