AccueilPhoto

Des photos d’un ghetto juif occupé par les nazis ont refait surface

Publié le

par Axel Savoye

© Henryk Ross/Museum of Fine Arts, Boston

Durant la Seconde Guerre mondiale, le quotidien brutal de milliers de Juifs a été secrètement documenté par Henryk Ross.

C’est un don à la valeur historique immense et un témoignage lourd des abominations commises par le régime nazi que le Museum of Fine Arts de Boston a reçus fin février 2021, annonce celui-ci dans un communiqué. Une collection de 48 photos argentiques prises par Henryk Ross nous offre un rare aperçu du quotidien des habitant·e·s du ghetto de Łódź, l’un des plus grands ghettos mis en place par le régime nazi en 1940 où près de 200 000 Juif·ve·s ont été claquemuré·e·s.

Entre scènes de déportation et d’exécution, Henryk Ross a su documenter les brutalités infligées aux personnes vivant dans ce ghetto à ses risques et périls afin de laisser une trace de ce chapitre sombre de l’histoire, raconte Hyperallergic.

"Untitled from Litzmann (Lodz) Ghetto", 1940-1945, don de Howard Greenberg en l’honneur de Jacques Preis. (© Henryk Ross/Museum of Fine Arts, Boston)

"Cette extraordinaire collection d’images nous rappelle le pouvoir de la photographie de préserver et d’amplifier toute la gamme émotionnelle d’une expérience vécue. Ensemble, ces 48 photographies servent à la fois de mémoire et de preuve documentaire des extrêmes de la guerre. Elles sont puissantes et mémorables", explique Matthew Teitelbaum, directeur du Museum of Fine Arts de Boston.

Henryk Ross est un photojournaliste de confession juive, enfermé dans le ghetto de Łódź où il était chargé de prendre des photos de propagande et d’identité. Alors que la liquidation du ghetto a été décidée en 1944 par les hautes autorités du régime nazi, Henryk enterre ses 6 000 clichés dans des boîtes et parvient à échapper à la déportation en se cachant.

"Untitled from Litzmann (Lodz) Ghetto", 1940-1945, don de Howard Greenberg en l’honneur de Jacques Preis. (© Henryk Ross/Museum of Fine Arts, Boston)

Lorsque l’Armée rouge libère les lieux en 1945, Ross déterre sa collection et la confie à Leon Sutton, un autre survivant du ghetto de Łódź qui a émigré à New York en 1947. À la mort de ce dernier, son fils Paul met la main sur les photos et les vend au collectionneur Howard Greenberg, qui en a ensuite fait don au musée de Boston.

"Je suis très enthousiaste et profondément satisfait de voir que la collection de mon père, présentant des images originales de Henryk Ross, va résider dans la collection permanente du Museum of Fine Arts. […] C’est un honneur extrême pour l’héritage de mon père, qui a reçu personnellement ces images de M. Ross à Łódź, et les a ensuite conservées pendant de nombreuses années jusqu’à ce qu’il me les confie. En tant que première génération de Juifs américains, fils de deux survivants polonais de l’Holocauste, je suis convaincu que nous ne devons jamais oublier", a exprimé Paul Sutton.

"Untitled from Litzmann (Lodz) Ghetto", 1940-1945, don de Howard Greenberg en l’honneur de Jacques Preis. (© Henryk Ross/Museum of Fine Arts, Boston)

"Untitled from Litzmann (Lodz) Ghetto", 1940-1945, don de Howard Greenberg en l’honneur de Jacques Preis. (© Henryk Ross/Museum of Fine Arts, Boston)

"Untitled from Litzmann (Lodz) Ghetto", 1940-1945, don de Howard Greenberg en l’honneur de Jacques Preis. (© Henryk Ross/Museum of Fine Arts, Boston)

"Untitled from Litzmann (Lodz) Ghetto", 1940-1945, don de Howard Greenberg en l’honneur de Jacques Preis. (© Henryk Ross/Museum of Fine Arts, Boston)

À voir aussi sur arts :