AccueilPhoto

Des "Visions d’Orient" au cœur d’un grand festival photo gratuit et en plein air

Publié le

par Lise Lanot

L’Iran, le Pakistan et l’Afghanistan sont à l’honneur de la 19e édition du festival photo de la Gacilly, en Bretagne.

Des "Visions d’Orient" au cœur d’un grand festival photo gratuit et en plein air

© Fatimah Hossaini

Le festival photo de la Gacilly met des "Visions d’Orient" dans une exposition regroupant une dizaine de photographes – dont Maryam Firuzi, Ebrahim Noroozi ou Gohar Dashti. Réfugiée en France après la chute de Kaboul aux mains des Talibans l’été dernier, Fatimah Hossaini fait aussi partie des photographes exposé·e·s. Elle présente entre autres la photo d'une femme à la burqa relevée, aux yeux maquillés, cigarette à la main, au volant de sa voiture.

"Demander à ces femmes de poser pour moi a été un défi", raconte l’autrice de l'image, qui fait la part belle aux femmes dans son exposition. "J’ai voulu montrer la résilience et l’espoir et la beauté que je pouvais trouver en Afghanistan. La situation des femmes afghanes est incroyable, j’espère que les femmes en Afghanistan et dans le monde vont garder la tête haute."

L’Afghanistan est l’un des trois pays, avec l’Iran et le Pakistan, mis à l’honneur par le festival, installé depuis près de deux décennies dans les ruelles et venelles du pittoresque village de La Gacilly, entre Rennes et Vannes. L’Afghanistan est également raconté à travers "Éclats de paix" de Véronique de Viguerie, photographe récompensée et habituée du pays.

Parmi ses œuvres exposées, on retrouve une photo d'un moment de tendresse partagé entre un nomade pachtoune et son épouse, tout sourire, qu’il embrasse en la tenant par l’épaule. "Je suis très triste d’assister, impuissante, au recul d’un pays pour lequel on a eu tant d’espoirs", commente la photojournaliste.

Inconsolable, le photographe afghan Wakil Kohsar fait part de sa tristesse, lorsqu’il évoque la mort, dans un attentat suicide en 2018, de son ancien collègue Shah Marai. Entre photos de la chute de Kaboul et hommage à la beauté d’un peuple et d’un pays, le festival expose des dizaines d'images des deux reporters de l’AFP.

Comme chaque année, La Gacilly accorde une place particulière à un grand nom de la photo. Cette année, c’est au tour d’une "légende" iranienne : Abbas, ex-journaliste à l’agence Magnum. Le festival lui consacre la première rétrospective de son œuvre depuis sa mort en 2018, dans l’un des écrins de verdure qui jalonnent le parcours. 

Cette 19e édition réserve aussi plus de la moitié de ses galeries à ce qui fait son ADN : célébrer la Terre et la nécessité de la préserver. Des paysages grandioses de terres australes et antarctiques capturés par Mélanie Wenger aux images de pollution au charbon en Inde prises par Money Sharma, la beauté fragile d’une nature malmenée interpelle et bouleverse.

Le festival photo La Gacilly a lieu en Bretagne, jusqu’au 30 septembre 2022.

Konbini arts avec AFP.

À voir aussi sur arts :