AccueilPhoto

Durant la Seconde Guerre mondiale, Faye Schulman documentait la résistance juive

Publié le

par Lise Lanot

© Faye Schulman/Jewish Partisans

Seule femme d’un groupe résistant, cette photographe juive a fait de son appareil une arme contre le régime nazi.

Il se raconte que Faye Schulman ne se déplaçait jamais sans sa trousse médicale, ni son appareil photo. La légende semble bien coller à l’image de cette femme qui fit partie des "Jewish Partisans", un groupe de 20 000 à 30 000 combattant·e·s ayant participé à la résistance juive contre le régime nazi en Europe, durant la Seconde Guerre mondiale.

Seule femme de son groupe de "Partisans", Faye Schulman a documenté le quotidien de cette "armée irrégulière" ainsi que sa vie personnelle – elle qui a perdu dans les années 1940 son père, sa mère, ses quatre frères et sœurs, son beau-frère et deux neveux, "tous fusillés", et dont les horreurs de la guerre l’ont convaincue de résister. 

La photographie pour étancher sa soif de justice

Née en 1925 en Pologne, Faye Schulman a reçu son premier appareil photo à 13 ans des mains de son grand frère, lui-même photographe. Ce dernier lui a appris à prendre des photos et les développer. Son beau-frère docteur lui enseigna des notions de médecine.

C’est ce bagage de connaissances qui lui permit de garder la vie sauve, rapporte le site Jewish News of Northern California, qui avait pu s’entretenir avec la photographe en 2013 – alors qu’elle était âgée de 94 ans.

© Faye Schulman/Jewish Partisans

Lors de l’invasion nazie de sa ville en 1941, la jeune photojournaliste se retrouve séparée de sa famille. Elle est l’une des 27 personnes épargnées tandis que 1 800 résident·e·s juif·ve·s de sa ville se font tuer et, ses connaissances en photographie lui permettent de se faire enrôler pour tirer le portrait d’officiers nazis et de leurs maîtresses – entre autres choses :

"Un jour, elle développait une photo qui représentait clairement une fosse commune de Juifs tués. En observant attentivement l’image, elle reconnut sa propre famille. Elle cacha le négatif dans une boîte de papier photo afin de la conserver et la préserver des regards.

Elle promit de se venger et chercha à obtenir justice dans la forêt avec un groupe de Russes (pour la plupart des hommes et souvent des non-Juifs) qu’elle avait rencontré [auparavant]. Elle les supplia de rester à leurs côtés. Ils doutaient de sa valeur : 'À quoi pourrait bien leur servir une femme ?' Mais elle leur assura qu’elle pouvait assister le médecin et fut acceptée dans le groupe", rapporte le Jewish News of Northern California.

Son appareil photo comme refuge

Pendant deux ans, Faye Schulman a caché son identité juive et a documenté la vie des partisan·e·s dans la forêt, de leurs entraînements au tir à des opérations chirurgicales en plein air. Dans des vidéos diffusées lors de l’exposition "Pictures of Resistance : The Photography of Jewish Partisan Faye Schulman", en 2013, Faye Schulman confiait être parvenue à conserver le même appareil depuis 1939 : 

"Avec cet appareil photo, j’ai pris des photos de l’occupation russe, de l’occupation nazie et des partisans. J’ai souvent dû enterrer cet appareil lorsque les partisans se faisaient attaquer et malgré cela, il a toujours fonctionné."

La jeune femme prenait également des portraits de ses camarades, avant de leur offrir : "Ils chérissaient leur photo et me respectaient grâce à cela", soulignait-elle. Faye Schulman est décédée récemment, le 24 avril 2021, mais ses photos lui survivent, elle qui a mis sa vie en danger pour apporter des preuves de l’horreur nazie et venger son désespoir. 

© Faye Schulman/Jewish Partisans

À voir aussi sur arts :