AccueilPhoto

Des images des horreurs vécues à Mossoul sont désormais libres de droit

Publié le

par Lise Lanot

"Parce que personne n’a voulu acheter mes photos, les voici gratuitement, Mossoul 2017."

Des réfugiés fuient Mossoul tandis qu’un véhicule de l’armée irakienne part au combat. (© Kainoa Little)

Kainoa Little est un jeune photoreporter basé à Washington. Le photographe focalise son travail sur des conflits, des problématiques liées aux réfugiés et sur la préservation des ressources culturelles. Cet intérêt pour ces questions qui secouent malheureusement notre planète l’a amené à Mossoul.

Depuis juin 2014, cette ville située au nord de l’Irak est sous le contrôle des soldats de l’État islamique et subit des vagues de conflits interminables. Les forces gouvernementales irakiennes tentent de libérer leur ville et, bien qu’il y a quelques jours les autorités irakiennes aient affirmé commencer à reprendre le contrôle sur Mossoul, le bilan des morts, des blessés et des exilés est extrêmement lourd.

Kainoa Little est parti seul à Mossoul en avril 2017 afin d’immortaliser les atrocités qui s’y déroulent. Il a suivi les forces antiterroristes irakiennes dans leurs combats quotidiens contre l’État islamique, risquant sa vie à côté des hommes qui risquent les leurs chaque jour. En plus de photographier l’horreur des combats, Kainoa Little s’est aussi intéressé à la détresse des civils, qui voient leurs proches mourir sous leurs yeux, leurs maisons être détruites et qui sont obligés de fuir leur patrie.

Le photographe, n’ayant pas réussi à vendre ses images aux médias, a décidé qu’elles méritaient tout de même d’être connues du public et les a diffusées gratuitement sur son site et sur Imgur. Il a déclaré à PetaPixel vouloir diffuser ses photos afin de rendre hommage aux "soldats qui l’ont nourri et [lui] ont laissé une place dans leurs véhicules militaires, et aux réfugiés qui ont toléré [sa] présence lors des pires jours de leurs vies".

Ces photos, preuves des atrocités vécues par ceux que nos gouvernements rechignent à laisser entrer sur nos terres afin de les mettre en sécurité, sont maintenant libres de droit et offertes aux yeux et aux consciences de chacun.

Des réfugiés fuient les conflits. (© Kainoa Little)

Un hélicoptère de combat tire sur l’État islamique. (© Kainoa Little)

Dave Eubank informe une femme que son fils va survivre à ses blessures. (© Kainoa Little)

Des réfugiés fuient les conflits. (© Kainoa Little)

Des réfugiés fuient les conflits. (© Kainoa Little)

L’armée irakienne pilote un drone. (© Kainoa Little)

Des commandants de la police fédérale. (© Kainoa Little)

Des réfugiés attendent de pouvoir traverser le fleuve Tigre. (© Kainoa Little)

La police fédérale dans un théâtre de la vieille ville. (© Kainoa Little)

La police fédérale dans le théâtre. (© Kainoa Little)

La police fédérale dégage le terrain à l’intérieur du théâtre. (© Kainoa Little)

La police fédérale échange des coups de feu avec Daesh, à l’intérieur du théâtre. (© Kainoa Little)

Un policier fédéral court sur un terrain exposé aux balles, sur le toit du théâtre. (© Kainoa Little)

Un policier fédéral se trouve sous le feu des opposants situés de l’autre côté du théâtre. Plusieurs balles touchent l’autre côté du mur, à côté de la fenêtre par laquelle il observait le terrain. (© Kainoa Little)

La police fédérale tire sur Daesh, au bout d’une rue de la vieille ville. (© Kainoa Little)

La police fédérale se prépare pour le combat dans la vieille ville. Ce mitrailleur organise ses munitions. (© Kainoa Little)

La police fédérale entre dans un théâtre que l’on soupçonne de contenir des explosifs. (© Kainoa Little)

La police fédérale entre dans un théâtre de la vieille ville. Quelques secondes plus tard, un membre de l’EI ouvre le feu depuis l’étage. (© Kainoa Little)

Vous pouvez retrouver le travail de Kainoa Little sur son site et vous pouvez le soutenir via son compte Paypal.

À voir aussi sur arts :