AccueilPhoto

La communauté transgenre des années 1990 immortalisée par Remsen Wolff

Publié le

par Lise Lanot

© The Remsen Wolff Collection/Courtesy Jochem Brouwer 2020

Remsen Wolff est l'auteur de plus de 100 000 portraits de personnes transgenres, de New York à Amsterdam.

À 50 ans, le photographe américain Remsen Wolff a trouvé le moyen de prendre à bras-le-corps les luttes internes qui l’animaient depuis toujours concernant sa sexualité, son genre et son identité. Du début des années 1990 jusqu’à sa mort (en 1998), il s’est attelé à un projet photographique d’envergure célébrant la culture queer et la fluidité des genres, au travers de portraits de personnes transgenres, de drag kings et queens et de travestis.

Sa série Special Girls – A Celebration a fini par compter plus de 100 000 photographies de personnes rencontrées au gré de ses voyages. Son appareil a rencontré 125 modèles, artistes et anonymes, de New York à Amsterdam – où il a passé un mois chaque année entre 1990 et 1992.

"Kzaviera", Amsterdam, le 21 mai 1992. (© The Remsen Wolff Collection/Courtesy of Jochem Brouwer 2020)

C’est pour célébrer son lien avec les Pays-Bas que le musée amstellodamois Foam présente une exposition dédiée à une partie de sa collection, "Remsen Wolff – Amsterdam Girls". L’exposition présente une cinquantaine de tirages et planches-contacts de l’artiste. Avec ses portraits, Remsen Wolff tentait de montrer l’étendue et les différentes facettes d’une culture jugée underground.

Les images ne présentent pas seulement des paillettes, du glamour et des performances scéniques ; elles sont aussi l’écho des difficultés traversées par les modèles, leur souffrance, leur vulnérabilité et, en spirale, leur force et leur volonté d’exister au sein d’une société qui les exclut. Le musée précise que les séances photo de Remsen Wolff duraient souvent entre six et huit heures, le temps d’une vraie collaboration entre le photographe et son modèle, qui avait la mainmise sur la mise en scène.

"Hellun Zelluf", Amsterdam, le 14 novembre 1990. (© The Remsen Wolff Collection/Courtesy of Jochem Brouwer 2020)

Travailler pour les exclu·e·s

Né en 1940, l’artiste était décrit comme quelqu’un de solitaire, trouvant une échappatoire dans l’art photographique dès ses 10 ans. Il s’est marié rapidement, a eu deux filles, puis a divorcé. Un de ses premiers grands projets photo consistait à traverser l’Europe et les États-Unis pour photographier des hommes et des femmes seules. Ainsi, son travail a toujours porté sur des individus qui lui ressemblaient. Il réunissait les solitaires, les exclu·e·s, les marginaux·ales dans des projets les magnifiant.

Son travail n’a quasiment pas été reconnu de son vivant et les dernières années de sa vie ont été marquées par son agoraphobie, son "esprit torturé" et ses cancers du foie et du pancréas. Quelques mois avant de mourir (des suites d’une overdose de morphine), le photographe s’est choisi le nom de Vivienne "Viv" Blum, confirmant le chemin parcouru quant à l’acceptation de son identité fluide.

"Joris", Amsterdam, le 24 avril 1991. (© The Remsen Wolff Collection/Courtesy of Jochem Brouwer 2020)

"Joris", Amsterdam, le 24 avril 1991. (© The Remsen Wolff Collection/Courtesy of Jochem Brouwer 2020)

"Bianca Castafiori", Amsterdam, le 18 mai 1992. (© The Remsen Wolff Collection/Courtesy of Jochem Brouwer 2020)

L’exposition "Remsen Wolff – Amsterdam Girls" est visible au musée Foam, à Amsterdam, jusqu’au 6 décembre 2020.

À voir aussi sur arts :